Vous devez respecter le droit d'auteur
Environnement

Il y’a donc de l’argent dans ce pays et il n’est pas aussi pauvre que les statistiques officielles voudraient le faire croire

Un pays qui a autant d’immeubles qui poussent comme des champignons dans le seul quartier commercial et des affaires à trois exceptions près est un pays qui a de la ressource.

Il n’est pas rare de voir en Afrique des immeubles poussés mais en voir autant poussés en même temps et avec autant de niveaux est plutôt rare.

Il y’a donc de l’argent dans ce pays et il n’est pas aussi pauvre que les statistiques officielles voudraient le faire croire.

Maintenant il appartient à l’Etat malien de recouvrer normalement et efficacement les impôts et les taxes des personnes et des sociétés assujeties à l’impôt. Il y’a des niches fiscales à quelques milliards que l’Etat pourrait récupèrer et projeter le Mali vers l’émergence dans un futur plus ou moins proche.

A titre d’exemple et pour illuster l’une des idées de mon post, voyons la somme d’argent que l’Etat est en droit de recouvrer sur un loyer mensuel de 100 000 FCFA. Dans ce cas de figure, le bailleur, c’est à dire le propriétaire de l’immeuble devra payer à l’État:
– la TVA, qui est de 18%, payable mensuellement, soir 100 000 ×18/100= 18 000 F CFA/ mois ou 216 000 F CFA/an;
– l’impôt sur le revenu foncier dont le taux est égal à 12% du revenu foncier annuel perçu au titre de la location; soit 82 000×12×12/100= 118 080 F CFA
– la taxe foncière dont la valeur est de 3% du revenu foncier annuel perçu par le propriétaire, soit 82 000 ×12 ×3/100= 29520 F CFA.

Au total l’Etat devra percevoir un montant annuel de 363 000 F CFA/ an sur un loyer mensuel de 100 000 FCA.

Maintenant faites vos calculs pour tous les immeubles de l’ACI où les loyers s’élèvent à des millions francs/ mois et ajoutez-y tous les immeubles qui sont en location au Mali et vous verrez que l’Etat a des possibilités de gagner des milliers de milliards et de mener le Mali vers l’émergence.

Disposer de ressources propres pour financer son développement est une chose, mais être en mesure d’imposer la loi et de recouvrer ses droits est manifestement autre chose pour un Etat faible et déstructuré comme le Mali.

Ousmane Wane

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *