Editos / Contributions

Halte à la manipulation et à la haine

Le métier de journaliste, noble pratique, jadis enviée de tous est devenu de nos jours un moyen de tenir l’image et la réputation d’honorables personnalités connus pour leur intégrité morale et leur dévouement au service du Mali.

Cette pratique d’un autre âge qui tire sa source de la méchanceté, n’honore ni la presse, ni les manipulateurs tapis dans l’ombre encore moins l’éthique et la déontologie.

L’hebdomadaire le “Confident” dans sa parution du Mardi 27 Octobre 2020 s’insurge à tord sur la Personne de Amar Haidara, non moins chef de cabinet du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la Pêche, qu’il qualifie de personnage controversé à la une.

Est-il besoin de rappeler au néophyte journaleux, auteur de cet article aussi stupide que lui-même, que Amar est un jeune pétri de valeurs hautement humaines, fruits de l’éducation reçu de sa grande famille à Tombouctou, à Gao, à Bamako et au Maroc et qu’il n’a hésité un instant de mettre au service de son pays.

Rappelle-toi, cher journaleux, que le parcours de Amar Haidara a été marqué par sa constance, son engagement mais aussi et surtout par son efficacité et sa discrétion.

De son passage au Ministère de l’équipement et des transports sous Hamed Diane Semega, en passant par le Commerce, puis le Commerce et l’industrie sous Abdel Kader Konate dit Empe, puis au Commerce et à l’agriculture sous la direction de Moulaye Boubacar jusqu’au département de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche avec Mohamed Ould Mahmoud, actuellement, où il conserve le poste de Chef de cabinet. Partout où il est passé depuis plus d’une décennie, il a imprimé sa marque et son modèle d’homme vertueux et travailleur. Son mérite est reconnu par tous ses collaborateurs qui retiennent de l’homme sa générosité et sa sincérité à nulle autre pareille.

Ce qui lui valut la distinction de chevalier de l’ordre national en reconnaissance de ses innombrables efforts au service de son pays.

Vouloir soit par méchanceté gratuite, soit par ignorance sombre, nuire à sa personne ne peut prospérer dans un pays, où, fort heureusement, il reste, encore des hommes et des femmes valables, capables de discernement et qui reconnaissent les grands hommes seulement à l’œuvre.

Je sais la presse aussi avertie et engagée pour barrer la route à ceux dont le sport favoris est ternir l’image des hommes contre espèces sonnantes et trébuchantes et qui ternissent son image et détruise sa crédibilité, Hélas.

Quant à Amar, je sais que ce lynchage médiatique venu de personnes en maille de repères, pas sur la carapace de son indifférence puisqu’il a appris que nul ne peut contre le destin d’un homme surtout quand bien tracé.

Que le directeur de publication de cet hebdomadaire haineux se désarme de sa haine et de son acharnement envers l’enfant de Tombouctou qui suit inexorablement son destin tracé dans le sillage des grands sans tambour ni trompette.

Que le “Confident” comprenne que la haine est un poison mortel qui détruit celui qui le porte.

Alors déversez votre venin au bord du djoliba et armez-vous de l’amour du prochain pour être en paix avec vous d’abord et avec les autres ensuite.

Boubacar Mahamane Maïga Jansky

 

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur