Vous devez respecter le droit d'auteur
Politique

Gao : les partisans de Soumaila Cissé dans la rue contre “la fraude électorale”

L’appel à manifester a été suivi par les partisans du candidat de l’opposition qui continue de contester la réélection du président sortant, Ibrahim Boubacar Keita. Les fidèles du chef de file de l’opposition ont marché à Gao ce samedi 25 Août pour exiger le respect de vote des Maliens.

Une semaine après la validation de la victoire d’IBK par la Cour constitutionnelle, Soumaila Cissé maintient la pression. Jeudi dernier dans sa déclaration, après la proclamation des résultats définitifs proclamés par la Cour constitutionnelle, il a appelé ses partisans à descendre dans les rues pour contester contre cette décision de cette  juridiction compétente. Ceux de la région de Gao ne sont pas restés en marge de “la grande marche annoncée”.

Le samedi 25   août, ils ont battu le pavé pour s’insurger contre ce qu’ils qualifient de “hold-up électoral”.

“Bourrages d’urnes”, “Soumaila président”, “Gao rejette les résultats”, étaient les slogans visibles sur les pancartes et les banderoles dans la cité des Askia. Selon Mohamed Ali, premier responsable de la jeunesse URD de Gao, la manifestation est partie du siège du parti à la préfecture de la ville.

“Les militants sont sortis malgré l’intox entretenue par les partisans d’IBK qui ont monopolisé les radios locales”, accuse Mohamed Ali.  “Nous sommes mobilisés pour l’investiture de notre président le 4 septembre”, a-t-il Et de déclaré.

Si à Gao la population a marché contre les résultats issus de ce scrutin, à Ansongo, 100 kilomètre, de la principale ville de la région, les militants de l’Union pour la République et la démocratie (URD) et ses  alliés  ont opté pour un  meeting  à  la place de l’Indépendance.

Abdoul Baki Diallo, ancien candidat aux législatives partielles au compte de l’URD, fustige “la fraude électorale dans la commune d’Ansongo, Soumaila Cissé a eu 75% où les gens ont voté réellement, nous sommes prêts  à mener cette lutte jus ’au bout”.

Rejet catégorique de la fraude

La marche est un droit constitutionnel, riposte Sidi Amadou Touré, président de la jeunesse  de l’Ensemble pour le Mali (EPM)  de Gao,  pour lui “s’il y a eu fraude l’opposition est fautive “.

Il faut rappeler que l’investiture du président Keita est prévue le 4 septembre prochain,  conformément à la constitution. D’ores et déjà,  ses militants annoncent aussi “un meeting géant pour fêter sa réélection”.

Yehia Mahmoud

Source: L’Indicateur du Renouveau

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *