Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Focus sur le personnel de la rédaction du journal Ces dames qui font « le Sursaut » de sa création à nos jours – MALI CANAL
Société

Focus sur le personnel de la rédaction du journal Ces dames qui font « le Sursaut » de sa création à nos jours

Dans le cadre  de la publication du 200èmenuméro de notre journal « Le Sursaut », nous avons jugé nécessaire de vous présenter  le personnel de la  rédaction qui travaille sans relâche pour que nos fideles lecteurs aient des bonnes informations. Constituée majoritairement de femmes, la rédaction du Sursaut est comme une famille. Sept jours sur sept, l’animation quotidienne ne faiblit pas. Ces dames qui habitent toutes très loin de la rédaction font preuve d’assiduité au travail, grâce à l’amour du métier et le courage, elles sont toujours présentes au journal, telle la rédaction d’un quotidien. Que sont-elles ?

 Maimouna Sidibé : la rédactrice en chef ‘’religieuse’’

Si ‘’Le Sursaut’’ était une mosquée, indubitablement, c’est elle qui allait diriger la prière collective. Profondément ancrée dans la religion, reconnaissable à travers son accoutrement voilé, Maïmouna Sidibé, malgré sa santé fragile se donne à fond et avec sérieux dans ce qu’elle fait. Détentrice d’une Maîtrise en Lettres Modernes à la Faculté des Lettres et  Sciences du Langage et résidant à Kati-Malibougou,  elle est la rédactrice en chef du journal, qui veille sur un moindre détail rédactionnel de ses collègues. Nantie d’un diplôme approfondi de la langue française  (DALF) de l’institut français du Mali, elle a fait plusieurs formations dans le domaine du journalisme. C’est pourquoi, elle allie facilement le journalisme en reportage d’images et montage, l’animation télé avec le travail de la presse écrite. De son Kati natal, à Bamako toute information a de la valeur pour Maimouna Sidibé. Gardienne du temple, c’est elle qui veille sur la bonne tenue des locaux de la rédaction, le partage des tâches pour la couverture des évènements  et la rédaction des papiers d’actualité. Pièce maîtresse de l’Association Ciné Droit Libre du Mali, elle est membre du Réseau des Femmes Journalistes Reporters d’Images et de Montage(JRI) du Mali.

Fatoumata Coulibaly : la passion du journalisme dans le sang

Résidente à  Doumanzana Nafadji, et étudiante finaliste en Master 2 à l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO), option journalisme communication, Fatoumata Coulibaly, a le métier de la communication dans le sang. Fille benjamine de feu  ‘’Coulibaly’’ de l’émission ‘’ voix du cœur ’’ de Tonton Lamine sur la radio Klédu, Fatoumata Coulibaly est la reporter-maison du journal. Elle ne ménage ni son temps, ni sa santé pour représenter le journal aux différentes activités auxquelles nous sommes invités. Elle incarne le courage et la bravoure féminine pour suppléer l’absence d’homme reporter dans la boîte. En plus de ses études à l’UCAO, elle a suivi plusieurs formations dans le domaine du journalisme, comme la formation des journalistes en data journalisme et analyse des données organisées à Ouaga, la formation sur les droits de l’homme et le journalisme d’investigation.  Elle aime la lecture et l’écriture, d’où son attachement au journalisme de la presse écrite, contrairement à son défunt papa qui était un homme de radio. Elle détient aussi une Maîtrise en droit des affaires de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques.

 Mariam Sissoko : l’amour d’écrire au-delà des faits divers

Dotée d’une silhouette imposante et d’une capacité rédactionnelle salutaire, Mariam Sissoko est celle qui anime en grande partie ‘’les petites’’ huit pages du ‘’Le Sursaut’’, avec des articles, pour la plupart, de culture, des faits de société, des faits divers, mais tous tirés à la bonne source. Elle a postulé à de nombreux concours d’articles de presse, soldés de consécration.

Mariam Sissoko habite à Missira 1, mais passe des journées en quête d’informations, au niveau surtout des commissariats et brigades de police. Sérieuse dans le travail, elle est chaque jour la première à ouvrir les bureaux de la rédaction et la dernière à rentrer à la maison après avoir fait la vaisselle. Elle a une Maîtrise en Droit privé, spécialité carrière judiciaire, obtenue à la Faculté du Droit Privé (FDRI). Elle a aussi un diplôme d’études approfondies en langue française (DALF B2) du ministère de l’Education française. Comme ses autres collègues, Mariam s’est vite adaptée à la vie du journal. Une vie en communion et solidarité, malgré les conditions difficiles.

Safiatou Coulibaly : la sportive maison

Habitante de Kati Farada, Safiatou Coulibaly est diplômée en Licence de la Faculté des Lettres et Sciences du Langage, filière Lettres Modernes. Elle a suivi des formations sur le leadership féminin et sur la connaissance de nombreuses disciplines sportives. Safiatou Coulibaly aime le sport  et les activités sportives. C’est pourquoi, elle s’adonne à cœur joie dans l’animation de sa page sportive. Qu’il pleuve ou qu’il en soleille, elle est toujours sur le terrain pour couvrir des activités sportives sur le plan national et sous régional. Au sein de la rédaction, elle est l’animatrice principale pour provoquer et faire rire ses collègues, avec lesquelles, elle partage le même objectif, celui de porter le journal vers le haut.

Adama Tounkara (stagiaire) LE SURSAUT

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur