Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Fin des travaux de la route Kangaba-Dioulafoundo : La grande satisfaction des populations et du ministre Zeinab Diop – MALI CANAL
Politique

Fin des travaux de la route Kangaba-Dioulafoundo : La grande satisfaction des populations et du ministre Zeinab Diop

Mme Traoré Zeinabou Diop, ministre des Infrastructures et de l’Équipement a fait une descente sur le terrain le samedi 26 octobre 2019. Elle est allée constater de vi su la fin des travaux de construction et de bitumage de la route Kangaba jusqu’à Dioulafoundo, à la frontière guinéenne. Mme Diop était accompagnée par plusieurs personnalités parmi lesquelles, les autorités locales et municipales, ainsi que celles de l’entreprise EGK.

Longue d’une distance de 51 km, la nouvelle infrastructure routière a été accueillie par une grande joie par toute la population riveraine de cette partie de la route nationale 26. Pour donc manifester cette joie, la ministre des Infrastructures et de l’Équipement, Mme Traoré Zeinabou Diop et sa délégation ont été chaleureusement accueillies, au rythme des champs et des danses, dans la plupart des villages situés entre Kangaba et Dioulafoundo.

Ces habitants ont indiqué lors de la visite que cette nouvelle route retirera une grande épine du pied de la population de Kangaba et environs. Pour le député élu dudit cercle, l’honorable Mahamoudou Keita, la nouvelle route représente tout pour la population de Kangaba.

En plus du brassage socioculturel et le développement de l’agriculture par le transport de produits dans cette région de grande production, cette route facilite également, selon l’élu de Kangaba, l’éducation et la santé.

Le maire de la commune rurale de Kaniogo, M. Oumar Traoré, pour sa part, s’est réjoui, surtout, du grand soulagement que ressentira désormais la population de sa commune dans le domaine de la santé. Il a déploré les complications de grossesses, suite auxquelles, beaucoup de femmes, à cause de l’impossibilité de toute évacuation en urgence, y ont malheureusement laissé la vie.

Le chef de village Fanoumou Traoré a précisé, de son côté, que les ambulances pouvaient faire, à cause du mauvais état de la route, près de trois jours entre certains villages de la commune de Kaniogo et Bamako. Moussa kouyaté et Kanda Doumbia, tous du village de Kela, ont affirmé que le fait de vivre ce moment est une chance pour leur génération.

Sanata Diabaté également habitante de Kela a, pour sa part, remercié les plus hautes autorités pour la concrétisation de cette promesse longtemps attendue par la population. Le personnel d’EGK, a tenu à remercier, les efforts fournis par les autorités locales, municipales ainsi que la bonne collaboration de la population des villages riverains, sans quoi, selon lui, l’exécution du travail allait être très difficile. La ministre a particulièrement apprécié l’excellent travail réalisé par l’entreprise générale Mamadou Konaté (EGK).

Selon elle, cette réalisation est une fierté pour le Mali, car, tout le processus de réalisation a été fait par le Mali. Donc, un produit cent pour cent malien. Cela depuis le financement jusqu’au bitumage en passant par le contrôle. Une première selon elle, pour une infrastructure de telle grandeur.

La ministre des Infrastructures et de l’Équipement a profité de cette occasion pour indiquer que le gouvernement s’est désormais engagé à respecter les normes de construction de l’UEMOA pour les futures infrastructures routières.

Cette mesure permettra d’augmenter, selon elle, non seulement leur durée de vie, mais également d’éviter les entretiens répétitifs pour pouvoir faire face à de nouveaux chantiers.

Tout en rappelant la prise en compte de beaucoup de doléances de la population au cours des travaux, la ministre n’a pas manqué de sensibiliser cette même population à faire bon usage des infrastructures pour le bonheur de l’ensemble des Maliens.

À noter que la construction de cette route de 51 km, lancée en avril 2017, a été intégralement financée par le budget national, à hauteur de plus de deux milliards de francs CFA.

Issa Djiguiba

Source: Le Pays

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur