Vous devez respecter le droit d'auteur
Editos / Contributions

Face à notre destin

Chers tous,
En Août 2013, le peuple malien dans son écrasante majorité s’est mobilisé pour porter M Ibrahim Boubacar KEITA à la tête de l’État avec une seule et unique motivation : la soif du changement.
En effet, à la suite de l’insurrection populaire qui a conduit à la chute du Général Moussa TRAORE en Mars 1991, une catégorie de maliens, sous le label du mouvement dit démocratique est arrivé au pouvoir.
On nous avait dit et traduit, que notre pays avait désormais ouvert les portes d’accès à plus de justice sociale, au respect des lois et des libertés à l’assainissement de la vie publique, à une meilleure répartition des ressources bref, à la bonne gouvernance, contrairement au régime défunt qualifié de sanguinaire et de dictatorial qui, parait-il, n’aurait apporter que malheurs aux maliens en 23 ans de vie.
Et pourtant, le bilan de nos « démocrates sincères et patriotes convaincus » est sans appel par son caractère désastreux. Il est simple à dresser car les faits sont assez têtus : Destruction intégrale et radicale de notre État et désagrégation de notre nation au profit d’intérêts personnels, familiaux, partisans et claniques.
Nous ne pouvions rester observateurs passifs de cette situation, au risque de trahir un devoir de génération qui ferait trembler Frantz Fanon dans sa tombe ou être complices de violences psychologiques, morales, économiques et sociales dont ont été et continuent à être victimes nos compatriotes par un silence coupable. Nous ne voulions non plus être témoins devant Dieu et les hommes de toutes ses injustices flagrantes, humiliantes et multiformes affligées à notre peuple par une bande de véreux tractée par la locomotive du nombrilisme narcissique qui fait des autres pour eux, des maliens de seconde zone. C’est pourquoi nous-nous sommes levés pour nous battre, pour un Mali meilleur.
Ce combat pour le changement , nous l’avons commencé en 1998 à la faveur de notre militantisme au sein de l’une des plus grandes et meilleures associations religieuses et citoyennes de jeunes de notre pays à l’époque : la Ligue Islamique des Élevés et Étudiants du Mali ( LIEEMA) …. Mais quand notre conscience politique fut intensément secouée par la rencontre du Professeur feu Dialla KONATE en 2009, notre engagement prit une dimension politique, pas au sens partisan puisque n’ayant jamais milité au sein d’un parti politique mais plutôt pour identifier les problèmes de la communauté et essayer d’y apporter des solutions par des propositions objectives que nous avons constamment tenté d’implémenter avec nos concitoyens.
C’est la Coalition Patriotique pour le Mali (CPM) qui nous a servi de premier cadre d’expressions et d’actions politiques. Dans le souci de créer les conditions idoines au rassemblement des maliens dans une mutualisation de connaissances et d’expériences pour un sursaut national, nous avons lancé en Août 2017, dans la salle où l’Indépendance du Mali a été proclamée au lycée Technique de Bamako, le Mouvement Tabalé, pour appeler les maliens d’ici et d’ailleurs à une mobilisation générale pour sauver notre pays du joug de la mauvaise gouvernance et de sa mise sous tutelle. Depuis Mai 2020, nous poursuivons le même objectif pour un nouveau Mali (Mali KOURA) avec sérénité, au sein du mouvement populaire Espoir Mali KOURA (EMK) dont nous sommes un membre fondateur. EMK donnera plus tard naissance à l’emblématique Mouvement du 5 Juin- Rassemblement des Forces Patriotiques -M5-RFP.
IBK est « tombé » le 18 Août 2020, mais notre combat pour la justice ne s’est ni estompé et n’a point changé de visé, conformément aux idéaux de EMK. Mais avant de poursuivre, qu’elle définition donnons -nous réellement au concept Mali KOURA, du moment où les notions élémentaires en méthodologie de recherche enseignent qu’il faut toujours commencer par définir le concept que tu utilises afin que l’on sache de quoi tu parles.
Nous entendons par Mali KOURA, l’action publique nécessaire pour l’instauration d’un environnement sociopolitique et économique propice à l’épanouissement des maliens, tant sur le plan individuel que collectif et qui permettra une application juste, intelligente et équitable de la loi à tous, sans aucune forme de discrimination quel que soit ton statut social, politique, économique et professionnel.
Nous voudrions simplement relever à travers cette définition, que notre soutien à un homme ou à un régime est exclusivement motivé par la qualité des actes posés par ces derniers et non sur fond de considérations personnelles ou subjectives.
Après Mars 2012, nous avions prédit que si les hommes politiques continuaient à reproduire les mêmes façons de faire qu’ATT et alt, l’État s’écroulerait de nouveau. IBK et son clan n’ont apparemment pas cru en cela, ils ont été pire que leurs prédécesseurs et voilà que nos institutions et la nation sont de nouveau mis en mal.
Dieu est avec les maliens ! je n’en doute point. La preuve est qu’en moins de dix (10) ans, l’histoire, par deux (02) fois, nous donne l’opportunité de nous remettre en cause pour redéfinir la voie que nous devrions emprunter pour notre développement. Nous avons raté le coche en Mars 2012, parce que nous avons opté pour le saupoudrage, le vernissage et les petits arrangements au détriment d’un traitement poussé et de choc du patient mali, toute chose qui ont conduit malheureusement à un pourrissement général. Nous voici pour la seconde fois, depuis le 18 Août 2020, en face d’une autre belle occasion de nous réapproprier notre destin commun. Ne nous offrons pas le luxe de la négligence.
A notre humble avis, le défi majeur de l’heure à relever à travers la transition politique que nous-nous apprêtons à amorcer dans les prochains jours, qu’elle soit dirigée par des militaires, des civils ou une équipe mixte, quel que soit donc ceux qui en auront la charge, est de s’atteler fermement à la satisfaction des aspirations profondes du peuple en termes de réformes pour baliser le terrain à notre renaissance politique et culturelle. Si nous trichons avec ce principe ça serait dommage pour nous tous.
C’est pourquoi, le prochain gouvernement de transition sera d’un enjeu historique car doit inéluctablement incarner une véritable volonté de changement pour redonner espoir à nos concitoyens par la qualité des femmes et des hommes qui y siégeront et la taille de cet organe d’exécution. De nouvelles têtes, jeunes et vieux, hommes politiques, d’États et technocrates, civils et corps habillés, incarnant la riche diversité ethnique de notre pays, doivent absolument émerger pour rompre avec l’implacable et résistante chaine du déjà vu depuis une trentaine d’années. La composition du futur gouvernement , sera alors la première grande épreuve de séduction politique que le CNSP doit absolument réussir.
La nouvelle équipe doit s’inscrire dans le court et le moyen terme, période de durée de la transition qui doit être souverainement déterminée par nous-même, à mener sur la base d’un projet de société adossé à un programme de gouvernement, des actions concrètes de refondation de nos systèmes éducatif, économique, judiciaire, sécuritaire, sanitaire, électoral et la relecture de nos enjeux géopolitiques et stratégiques. Ainsi, le régime politique démocratiquement élu qui succédera à cette période intérimaire, bénéficiera d’un État remis sur ses pieds pour s’occuper du reformatage de l’homme malien, de la famille malienne et de la société civile malienne avec une vision globale projetée sur trente (30) ans.
Nous espérons que les concertations des 10, 11 et 12 Septembre 2020 nous permettront de prendre un nouvel envol, cette fois pour de bon et c’est possible, car les difficultés endogènes et exogènes auxquelles nous sommes confrontées ne sont point au-dessus de notre intelligence collective.
La soif qui nous a poussé à miser sur IBK, demeure malheureusement toujours. Quand est ce qu’elle sera enfin étanchée ?
Que le Tout Puissant veille sur notre pays.
Fabou KANTE
Ambassadeur de la Paix ( 2001)
Président de la Coalition Patriotique pour le MALI ( CPM)
Président du Mouvement Tabalé
Membre Fondateur du Mouvement Espoir Mali KOURA ( EMK).
Tél 00223 66 78 67 10 / 76 07 41 07
fabou_kante@yahoo.fr

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *