Vous devez respecter le droit d'auteur
Economie

Exécution des revendications des professionnels de l’élevage : le cabinet du ministre donne l’assurance !

Les professionnels du sous-secteur élevage étaient en colère puisqu’ils estimaient que l’exécution de leurs revendications n’évoluait pas. Ils ont même organisé une conférence de presse pour l’exprimer. Mais, le Cabinet de Mme Kané Rokia Maguiraga, Ministre de l’Elevage et de la Pêche a donné l’ssurance. C’était à la faveur d’une rencontre d’information tenue le jeudi 14 Mai dans la salle de conférence dudit ministère et présidée par le Secrétaire général du département, Dr Mahamadou Sylla.

Suite au dépôt d’un préavis de grève comportant 14 points par les faitières des filières bétail, viande et lait, en 2019, un procès-verbal de conciliation a été signé entre celles-ci et le gouvernement au mois de mars de cette même année. Une année plus tard, les professionnels de ces filières estiment que l’exécution de ce mémorandum évolue très lentement. D’où leur colère. Alors que de son côté, le gouvernement, à travers le ministère de l’Elevage et de la Pêche, soutient que l’exécution du PV de conciliation évolue bien et pense que les professionnels de ces filières sont sous informés. C’est pourquoi le Cabinet du Ministère en charge de l’Elevage et de la Pêche a initié une rencontre d’information des professionnels du sous-secteur élevage sur les efforts faits par le gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre de ce PV de conciliation.

Ainsi, sans prendre point par point, voici des efforts consentis par le gouvernement, selon les explications de Dr Mahamadou Sylla, Secrétaire général du ministère de l’Elevage et de la Pêche.

LA SUBVENTION DE L’ALIMENT BÉTAIL

Dans l’accord, il est prévu une subvention de l’aliment bétail à hauteur de trois milliards chaque année. Et, ce même accord dit que ce montant devrait augmenter à compter de cette année 2020. Mais, explique le Sgal, compte tenu des difficultés (sécuritaires, sanitaires) auxquelles le pays fait face, cet engagement d’augmentation ne pourrait pas être honoré cette année. Egalement, les arriérés dont les professionnels de l’élevage évoquent chaque année leurs a été expliqués par Dr Sylla. A ses dires, ces arriérées existent bien avant l’équipe actuelle. Elles datent de 2016-2017, où, sur une prévision de trois milliards, les agents du ministère ont distribué des cautions de sept milliards. C’est pourquoi, explique M. Sylla, cette année un milliard des trois prévus pour la subvention a été réservé pour payer les arriérés.

LA SUBVENTION DU VACCIN CONTRE LA FIÈVRE APHTEUSE

L’année dernière, le ministère a distribué 100.000 doses de vaccins subventionnés. Cette année, annonce le Secrétaire général, des engagements ont été pris et les dossiers sont dans les circuits. Les vaccins seront disponibles au plus tard en juin. «Le département a perdu 165 millions pour l’acquisition des vaccins l’année dernière. Cette année, nous avons pris de l’avance. Nous avons demandé 500.000 doses supplémentaires à la banque mondiale», a assuré le Dr Sylla.

MARCHÉ À BÉTAIL

L’Etat a réalisé deux marchés à bétail dont un à Sabalibougou (rive droite) et un à Tienfala (rive gauche). A cet égard, selon Dr Mahamadou Sylla, il serait bon de se mettre d’accord comment mettre en activité ces deux marchés plutôt que d’élargir les marchés dans les communes.

USINE DE LAIT

L’usine est exécutée à 80%. La réception provisoire a même été faite. Elle est actuellement au stade de l’équipement. Celui-ci était prévu dans le budget de 2019. Malheureusement, le fournisseur n’a pas pu livrer les équipements.

Par ailleurs, d’autres préoccupations de l’heure telle que l’incendie du Garbal de Faladiè ont été évoquées. Les faîtières qui s’impatientaient de l’aide du département de tutelle ont été rassurées par Dr Mahamadou Sylla. A ce titre, il a annoncé que son département a immédiatement saisi le FAO après l’incendie en vue d’obtenir de l’aide pour aider les victimes. Par la suite, la FAO a même envoyé des agents sur le terrain pour inspecter les lieux.

En outre, le Cabinet du Ministère de l’Elevage et de la Pêche et les professionnels de l’élevage ont convenu de trouver un cadre d’échange régulier en vue d’éviter de telle sous information dans l’avenir.

Yacouba TRAORE

Source : Zénith Balé 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *