Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Sécurité

Équipements militaires : qui veut (encore) flouer IBK ?

Le président de la République, sûrement inquiet du nombre élevé de morts au sein des FAMa et des conséquences que cela peut engendrer sur le moral des troupes, a souhaité offrir à nos troupes le meilleur équipement doté du blindage le plus efficace possible. Il s’agissait de trouver les moyens efficaces pour contrer et amoindrir les conséquences des mines et autres engins explosifs improvisés.

 Ainsi, le gouvernement a mis en branle ses réseaux pour détecter les meilleurs partenaires et des engins ont été obtenus aux Emirats Arabes Unis. Problème : la qualité de certains engins est remise en cause par celui en charge de leur réception, le Général Moustaph Drabo.

C’est le directeur du matériel, des hydrocarbures et des transports de l’armée qui a attiré, à travers une correspondance en date du mardi 5 février, l’attention de la hiérarchie sur le sujet. Dans ce courrier (dont nous avons obtenu copie), le Général Drabo exprime, clairement, au chef d’état-major général des Armées, les doutes qu’il nourrit sur la qualité de certains blindés que l’armée vient d’acquérir.

Des engins qui, selon lui, ne répondent pas exactement aux critères mis en avant dans le cadre de la commande. Aussi, avance-t-il, le blindage est douteux pour un certain nombre d’engins. D’autres seraient le fruit d’un montage pouvant difficilement résister aux engins explosifs et autres mines. Le directeur du matériel, des hydrocarbures et des transports de l’Armée termine sa note en informant le chef d’état-major général des armées de sa décision de ne pas réceptionner, au moins, une vingtaine de blindés offerts et dont il doute de la qualité.

Cette lettre du Général Drabo, ayant éveillé notre curiosité, nous avons essayé d’en savoir davantage auprès de spécialistes de blindés, à l’extérieur et ayant requis l’anonymat, à propos de ce qui ressemble à un futur scandale au sein l’armée, si on ne s’y prend pas tôt.

En réalité, nous a confié un de nos interlocuteurs, le dernier lot de blindés livrés à Bamako n’est pas de type MRAP (Mine Resistant Ambush Protected). Ils ne sont pas des Typhoon mais des Tornado. Le Tornado, poursuit notre source, est un véhicule construit sur un châssis de camion ukrainien et non pas sur une coque anti-mine, autoportante en V. C’est pourquoi on les appelle des APC et non MRAP. Ce n’est pas tout, les 30 Couguars offerts sont, eux aussi, des blindés légers sur base de Toyota pick-up et ne disposent pas de protection, ni contre les mines encore moins les EID.

En clair, nous a-t-on rapporté, le Mali pourrait s’être fait flouer sur la qualité du matériel. Car certains véhicules qu’on lui a livré comme des blindés ne résisteraient pas aux 12.7 et seraient de qualité 3a.2b, pendant que la meilleure qualité est 4a/4b. Question simple : les partenaires de l’Etat malien auraient-ils tenté de le flouer ? Nous reviendrons prochainement sur les prix qui, eux aussi, semblent disproportionnés.

 Moussa Touré

Source : Nouvelle Libération

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *