Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Société

Equipement de l’armée : les choux gras d’une certaine presse

Les questions de défense et de sécurité constituent des sujets sensibles de la vie d’une nation surtout en période de guerre comme, c’est le cas de notre pays. Voilà pourquoi, les détails des équipements de l’armée nationale sont classés “secrets défense” pour ne pas donner des renseignements sensibles à l’ennemi. Et Dieu seul sait que de nos jours, les ennemis du Mali sont extrêmement nombreux car, nos forces de défense et de sécurité sont engagées depuis 2012 sur plusieurs fronts. Ces engagements patriotiques et inébranlables de nos FAMa sont parsemés de pertes en vies humaines qui pèsent sur la conscience collective.

Au regard de la situation chaotique dans laquelle notre outil de défense nationale était plongé depuis bientôt 20 ans, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a pris le ferme engagement de doter notre armée de façon digne à répondre aux menaces sécuritaires auxquelles notre patrie est confrontée. On le sait, il a hérité d’une armée délabrée et presque abandonnée manquant de tout. On notait 8 à 10 militaires pour une arme individuelle de combat, selon des observateurs. Ce qui était assimilable au suicide des militaires, au regard de la détermination de l’ennemi sur le terrain. C’est pourquoi, avec la clairvoyance qui est la sienne, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a initié et mis sur pied une Loi d’Orientation et de Programmation militaire (LOPM) visant, sur 5 ans, à doter convenablement l’armée en matériels militaires, mais aussi et surtout en renforçant les effectifs et les équipements supplémentaires.

Aussi, le déploiement de nos forces sur le terrain nécessite d’autres types d’équipements pouvant donner un peu de couverture militaire à nos soldats face aux intempéries du terrain et aux durs climats. La LOPM vient donc combler un vide et sauver notre armée de sa chute vertigineuse. Cette initiative présidentielle, bien que attaquée par les adversaires politiques a, aujourd’hui, doté nos FAMa de plus de 13 hélicoptères dont une dizaine est opérationnelle de nos jours sur le théâtre des opérations; des véhicules blindés, des camions de transport de troupes, de carburant et assurer de façon convenable des rations alimentaires ainsi que des équipements individuels. Il faut noter aussi à l’actif de cette vision, l’ambitieux plan social pour les militaires, leurs enfants et leurs ayants-droits, la prise en charge sanitaire des blessés et malades de guerre. Quoi qu’on dise, la LOPM a aussi contribué à renforcer les effectifs de nos armées par des recrutements massifs qui se poursuivent chaque année.

Cela dit, la question du coup des dotations de l’armée enflamme très souvent la presse et les réseaux sociaux par des avis de personnes qui ne prennent pas en compte tous les aspects de ce sujet si délicat. D’un côté, la divulgation des informations secrètes concernant notre armée, contribue beaucoup plus à exposer l’armée et à la fragiliser plutôt que d’apporter un quelconque changement dans les règles de passation des marchés de la grande muette, règles qui sont pratiquées depuis le départ de l’histoire de cette grande armée. Alors, divulguer des informations classées “secret défense” ne contribue à obtenir aucun résultat positif dans la façon de faire qui reste propre à ce secteur sombre et confidentiel. A la limite, ça pose un doute sur les intentions réelles des auteurs de ses divulgations rendant plus de service à l’ennemi qu’à l’armée malienne. De l’autre côté, la diffusion des avis d’amateurs et de novices sur les questions de défense et de sécurité notamment les équipements militaires est très dangereux pour la sécurité et le morale des troupes. Ces articles commandités donnent l’impression aux hommes sur le front qu’ils se battent pour rien et les démoralisent.

En ces temps de terrorisme aigu, qui a intérêt que nos soldats baissent les bras par frustration entre elle et sa hiérarchie ? Certainement aucun Malien, patriote et sincère. En plus, ceux qui donnent des avis sur les prix des acquisitions n’ont aucune expertise, ni des qualités, à juger ces prix secrets et les lignes codées de ces commandes. Ils ignorent aussi les conditions d’achat et d’acheminement des marchandises. Mieux, ils ne tiennent pas compte des dépenses supplémentaires liées aux transports, le transit, les charges supplémentaires liées aux employés et à la sécurisation des livraisons, les frais d’impôts et autres dépenses qu’il faut ajouter sur le prix initial standard.

Autres difficultés des fournisseurs, c’est le temps de remboursement, les prêts bancaires et les découvertes liées aux contrats. Voilà pourquoi au niveau des DFM, outre les prix standard, les financiers consentent une marge sur les contrats. Il faut noter aussi les techniques propres à l’armée renforçant le “secret défense” au moment des passations (exemple : des grenades commandées à travers des tantes). C’est dire que le domaine de l’armée reste vraiment propre à elle-même.

Correspondance particulière

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *