Politique

Envoi des CV du M5-RFP au CNSP : amateurisme, ambition, trahison ou haute stratégie ?

Beaucoup de maliens de l’intérieur et de la diaspora et aussi de nombreux africains qui ont suivi et applaudi le combat du M5-RFP et qui ont beaucoup de respect voire d’admiration pour ses leaders se demandent encore comment ceux-ci ont pu se faire « rouler dans la farine » par de jeunes militaires peu rompus aux arcanes politiques et à la gestion des affaires publiques. Savent-ils seulement que Judas est dans la maison ?

Ainsi depuis la prestation de serment du Président et la nomination du Premier ministre de Transition, beaucoup de rumeurs et d’analyses parfois superficielles ont fait le buzz sur les réseaux sociaux. Certains classent même les leaders du M5-RFP en traîtres de la cause du mouvement et d’autres en héros visionnaires. Cette vision en noir et blanc, selon les investigations de votre journal qui a cherché à en savoir plus, est contraire à la vérité et surtout préjudiciable à la cohésion interne dont le M5-RFP a tant besoin pour, à défaut d’être associé à hauteur de souhait à la gestion de la transition, jouer à tout le moins son rôle de sentinelle.

Selon des renseignements recoupés auprès de nombreux responsables du M5-RFP, l’autorité morale du mouvement, à travers de nombreux messages a constamment demandé de ne pas rompre avec la CNSP qui n’a pas forcement l’expérience ni même la formation adéquate pour piloter le bateau Mali en ces temps particulièrement difficiles. Ces messages ont été diversement appréciés mais finalement acceptés y compris pour le poste de Premier ministre.

Le Comité stratégique du M5-RFP avait, de son côté estimé qu’il trahirait le sens de son combat pour le changement et la Refondation s’il laissait la transition entre les seules mains des jeunes militaires du CNSP sans expérience de la gestion des affaires publiques qui seraient alors des proies faciles pour des opportunistes, des revanchards et d’autres personnes opposées au changement pour diverses raisons. Estimant donc que le Changement se fera prioritairement avec les acteurs du changement et que le M5-RFP et le CNSP représentaient les deux jambes sur lesquelles la Transition devait s’appuyer pour un Mali nouveau, le Comité stratégique a établi et essayé de maintenir un contact permanent avec le CNSP qui n’a pas toujours été au rendez-vous. Mais le Comité stratégique avait déjà constaté et même dénoncé certains manquements du CNSP aux règles d’un véritable partenariat entre gens de bonne foi. Nos interlocuteurs évoquent pêle-mêle les tentatives réitérées de gommer le M5-RFP et les martyrs des 10, 11 et 12 juillet de l’histoire récente du Mali, les manœuvres déloyales lors des journées de Concertations nationales ou les modifications unilatérales de points d’accord sur la Charte de la Transition et la Feuille de route etc.

Mais au vu des difficultés qui s’accumulaient, le CNSP est revenu vers le M5-RFP, a juré sur l’honneur et fait serment d’officier qu’ils seront loyaux, que le partenariat sera la règle et que d’ailleurs pour gérer au mieux la Transition le Président sera désigné par le CNSP et le Premier ministre issu des rangs du M5-RFP. Serment d’officier avaient-ils dit ! Se sentant autant sinon plus comptable de la réussite ou de l’échec de la Transition que le CNSP, le M5-RFP, invité à fournir des CV pour le choix du Premier ministre de la Transition a accepté cette procédure pour diverses raisons que nous résumons ainsi :

–           Le M5-RFP, même au-delà de son Comité stratégique recèle en son sein de nombreux talents et compétences qu’il faut mettre en valeur ;

–           Le M5-RFP doit clairement assumer sa volonté de conduire le changement qui n’a rien à voir avec l’expression d’ambitions personnelles ;

–           Le porteur naturel du changement est le M5-RFP qui ne doit pas faire preuve de frilosité au moment ou il lui est demandé d’assumer des responsabilités.

–            Mais, reconnaissent-ils, dans le cadre démocratique et l’expression libre des avis qui caractérisent son fonctionnement, le Comité stratégique a également enregistré des points de vue s’inquiétant de l’absence de clarification sur la Charte, la Feuille de route et le sens à donner au changement et surtout mettant en cause la sincérité du CNSP qui aurait déjà son agenda et même son Premier ministre et qui pourrait « flouer » le M5-RFP. Personne, au cours des débats n’a écarté cette hypothèse qui semblait d’ailleurs se dessiner depuis un moment. Mais une question importante s’est posée : comment prouver aux maliens et au monde que le CNSP, après ses déclarations publiques sur le parachèvement des actions du M5-RFP, les multiples séances de travail et le serment d’officiers qu’il a fait était dans les combines, la trahison ou le parjure si les C.V. ne sont pas déposés comme demandés ? Il serait alors facile au CNSP de dire « Nous les avons sollicités, nous avons attendus mais ils ne sont pas venus ». Tout le monde aurait alors donné tort au M5-RFP.

Il fallait donc pour le M5-RFP aller jusqu’au bout de sa logique de servir le Mali, d’incarner et d’impulser le Changement et la Refondation, de prendre les maliens et le monde à témoin en déposant des CV dont le sérieux et la légitimité de certains ne pouvaient être sérieusement contestés par personne. Ainsi, ce Premier ministre, nommé par le Président de Transition, fort des actes qu’il aurait posés, aurait pleinement assumé ses missions sans subir des pressions extérieures inappropriées.

Heureusement qu’il en a été ainsi par une démarche de visionnaire et l’esprit de sacrifice qui a consisté pour certains, en toute connaissance de cause, à se jeter en pâture à l’opinion avant que les masques de la trahison ne tombent. Ainsi l’opinion nationale et internationale savent aujourd’hui que le M5-RFP n’a pas failli. Ils savent aussi qu’il a intelligemment évité le piège du refus de déposer les CV qui aurait été présenté comme la raison de leur exclusion de la gestion de la transition.

Et un de nos interlocuteurs de conclure « Le M5-RFP, fier, digne et débout peut aujourd’hui dire qu’il n’a pas été naïf, qu’il est resté cohérent, qu’il demeure profondément patriote, que sa démarche a préservé sa cohésion qui, encore une fois n’est pas le monolithisme et que rien ne le fera de ses objectifs de refondation et de changement profond. Même avec un judas qui sera démasqué et dénoncé le moment venu ».

Moctar SOW

Source : Malikilé n°699 du 01 octobre 2020

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur