Vous devez respecter le droit d'auteur
Editos / Contributions

Editorial : soyons Français !

3 soldats français sont morts au Mali, victimes de crashes d’hélicoptères. Cet accident arrive au moment où il y a une vive polémique sur l’engagement français au Mali. Comme le disait le sage de Badiangara, Amadou Hampâté Ba, la vérité est toujours au milieu, entre nos certitudes et les leurs.

Mais, en voyant ces victimes, en voyant le drame de familles, en pensant à ces enfants, jeunes, qui ne verront pas revenir leur papa, en pensant à ses pères, comptant sur leurs fils pour leur fermer les yeux au soir de leur vie, en pensant au sacrifice de ses jeunes, on ne peut que remiser les récriminations, le temps d’une solidarité, d’une compassion.

La Charte du Kourkanfouga l’a clairement reconnu, toute vie est vie, aucune vie n’est supérieure à une autre vie. Mais, nous, nous mourrons pour nous, pour défendre notre patrie. Eux sont morts pour défendre des valeurs universelles, loin de leur terre. Cela mérite au moins une trêve de la part de tous les anti-français.

Ils sont nombreux nos compatriotes qui sont dans le déni : Il y a ceux qui ne croient pas à l’existence du terrorisme, il y a ceux qui croient encore à la thèse du terrorisme et il y a ceux qui sont convaincus que seuls et sans le concours des forces internationales, nous pouvons nous en sortir. Ni les morts, ni la déclaration du ministre de la Défense à l’Assemblée nationale ne constituent des preuves pour eux, aveuglés qu’ils sont par un nationalisme qui les fait croire à un Mali, « nation arienne ».

Nous sommes en guerre. Nous avons une force qui n’est pas à mesure de faire face seule aux défis et aux forces obscurantistes qui professent une fois que personne ne partage. Tous les jours, chez nous, meurent des jeunes, d’autres nationalités, pour la défense d’idéaux universels. Respectons leurs mémoires. Respectons les deuils et les sacrifices. Soyons solidaires des douleurs des autres victimes d’obscurantismes, de politiques douteuses, de vols, de tous les maux que nous voyons ou supposons. Mais, ces morts nous interpellent et attendent de nous au moins de la compassion.

Alexis Kalambry

Source : Mali Tribune

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *