Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Edito : Révision constitutionnelle, démarche arbitraire et revancharde – MALI CANAL
Politique

Edito : Révision constitutionnelle, démarche arbitraire et revancharde

La création par le Premier ministre du Comité d’Experts pour la réforme constitutionnelle et la nomination de ses membres le 14 janvier 2019 traduisent la volonté du pouvoir de faire cavalier seul dans le processus de révision constitutionnelle. Une démarche unilatérale et exclusive au moment où l’ONU recommande un dialogue inclusif au Mali. Point de consultation, encore moins de concertations des forces vives du pays. Bamako aura choisi de prendre sa revanche sur l’histoire récente du retrait forcé d’un projet de révision constitutionnelle. C’est que le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga est persuadé d’avoir réduit toutes les forces de résistances du genre de « touche pas ma constitution » ou de « antè abana », et que sa méthode répressive et de diviser pour régner est la seule qui vaille pour soumettre les plus irréductibles parmi les Maliens indociles qui oseraient lever le petit doit. En autorisant le Premier ministre à prendre les décrets de ses prérogatives présidentielles, IBK valide la méthode boubeyiste de mater les contestations politiques qui naitraient de cette ultime initiative de révision constitutionnelle. A tort, car si le Président IBK est tenu par le délai-ultimatum onusien de six mois après l’élection présidentielle – il n’aurait pas dû minimiser la portée de l’accord de Ouagadougou en 2013 qui disposait de la même teneur- la constitution vaut pour des objectifs politiques et des termes beaucoup plus importants, au-delà de la mise en œuvre de l’accord d’Alger. En effet, c’est indéniable que toute démarche unilatérale et exclusive de révision constitutionnelle, ce jour au Mali, serait arbitraire, égocentrique, revancharde et anarchisante. L’inclusion recommandée par les Nations-Unies permettrait, pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens, de reconnaitre à chaque fille et à chaque fils de ce pays, son importance tirée de ses valeurs intrinsèques, car tous en ont à bien des égards. Personne ne sera Léviathan par là, à chacun appartenant une portion de la souveraineté nationale – qui appartient au peuple- qu’on se le retienne pour dit.

  1. Daou

Source :Le Republicain

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur