Vous devez respecter le droit d'auteur
Economie

Disparition des 18 milliards de FCFA du Fonds de stabilisation de la filière coton : le pôle économique se saisit du dossier

Avec les assurances données par le chef de l’Etat, Bah N’Daw, le procureur du Pôle économique et financier, Mamadou Kassogué, est passé à la vitesse supérieure. Après Bakary Togola incarcéré pour détournement présumé de plus 9 milliards, faux et usage de faux, le dossier des 18 milliards de FCFA du Fonds de stabilisation de la filière coton est désormais sur la table du ministère public, à en croire nos sources. Il nous revient de même source que les juges anti-corruption doivent rencontrer cette semaine les représentants du Collectif des quatre filiales de la CMDT afin d’en savoir plus sur la disponibilité de ce fonds qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive lors de récentes pourparlers entre paysans et gouvernement autour du prix du coton pour la campagne 2020-2021.
Logé dans un compte bancaire à la BMS-SA et cogéré par le président de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton et le ministre de l’économie et des finances, cette manne est censée venir au secours des paysans en cas de chute du coton à l’internationale.

Et beaucoup s’interrogeaient sur les raisons pour lesquelles on n’a pas recouru au fonds de stabilisation pour faire face à la baisse drastique du prix d’achat du coton. La réponse est toute simple : c’est que ledit fonds n’existe pas ou du moins pas en totalité. Or les répercussions sont intestinales parce que la baisse du prix de l’Or blanc est à l’origine du boycott de la campagne 2020-2021 par les paysans. Conséquence : d’une production de plus de 800 000 tonnes de coton attendus, la CMDT table désormais de moins de 200 000 T, soit l’une des pires campagnes des 30 dernières années.
En attendant le résultat des enquêtes, il nous est revenu, de sources concordantes, que lors de la campagne 2019-2020, le président de l’Union des producteurs de coton, Bakary Togola, en campagne pour sa réélection, aurait proposé une augmentation de 20 FCFA au prix initial du coton qui était de 255 FCFA. La CMDT n’étant pas en mesure de supporter de telle charge, Bakary, ajoutent nos sources, aurait demandé de puiser dans le compte de stabilisation de la filiale. Selon, d’autres confidences, une bonne partie de ce fonds aurait été dilapidée du temps de Tiena Coulibaly à l’Hôtel des finances.
Quoi qu’il en soit, seul Bakary Togola et les différents ministres des finances d’IBK pourront édifier la lanterne des juges anti-corruption, qui ont désormais carte blanche pour accomplir leur mission.

Amidou KEITA

Source : le Témoin 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *