Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Dionfakourou : Un village avec des problèmes vitaux – MALI CANAL
Société

Dionfakourou : Un village avec des problèmes vitaux

Dionfakourou, un village situé à 256 km de Bamako et 70 km de Kita est principalement composé de Malinkés. Dans ce village fondé par Mary Dembélé, l’activité principale est l’élevage et l’agriculture. Il fait partie des 18 communes de Kobri, qui date depuis 1998. Cependant, selon le maire de la Commune rurale de Kobri, Staha Dembélé, le village soufre d’un manque énorme d’eau et de centre de santé.

« Ma commune ne dispose pas d’eau potable et le seul centre de santé dont nous disposons est un peu loin des autres villages de la commune », affirme le maire. L’unique centre de santé communautaire (Cscom) a été construit et équipé par le footballeur malien Moussa Dembélé, originaire de la localité.

Selon Gnaman Dembélé, habitant du village de Dionfakourou, son village a fortement besoin d’un centre de santé pour une meilleure prise en charge sanitaire des femmes et des enfants. « Si seulement chaque village de ma commune pouvait avoir un centre de santé, cela serait vraiment bénéfique pour la commune. Même quand nos femmes sont sur le point d’accoucher, nous sommes obligés de les amener dans le seul village qui dispose d’un centre de santé », explique M. Dembélé.

Hamady Sow

(de retour de Kita)

xx

L’AXE BAMAKO-KITA

Une route chaotique

Kita, situé à 186 km de Bamako, est l’un des cercles frontaliers avec un autre pays. Il dispose d’une route très fréquentée et en piteux état pour les usagers. À quelques kilomètres de Kita, avant d’atteindre Dio, l’état de la route est très désastreux, la circulation sur cette route devient presque impossible pour certains usagers. Passagers et conducteurs de véhicule de transport en commun se plaignent tous. « Nous en avons marre de l’état de cette route, surtout nous les vielles personnes », affirme un passager, sexagénaire, d’un minibus.

Un autre passager explique sa peur de venir dans la capitale. « Quand nous voulons venir à Bamako, c’est la peur seulement qui nous saisit à cause de l’état de la route. Après chaque voyage, nous sommes obligés de prendre des défatiguant et d’acheter des médicaments pour essayer de calmer la douleur du trajet. La route Bamako-Kita donne la courbature à presque toutes les vielles personnes qui l’empruntent, surtout dans un transport en commun », affirme un vieux du village de Kassaro.

Hamady Sow  

(de retour de Kita) Mali tribune 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur