Economie

Développement du Secteur Minier au Mali : Le Mali bientôt bénéficiaire d’une Ecole africaine des mines

Lundi 24 juin 2019, le Premier ministre, Dr Boubou CISSE, a procédé à la pose de la première pierre de l’École Africaine des Mines du Mali (EAMM). C’était en présence des membres du Gouvernement, des représentants des Institutions de la République, des membres de la Chambre des Mines du Mali et des représentants des sociétés minières.

Financer à hauteur de 15,40 milliards de FCFA, l’Ecole Africaine des Mines du Mali qui sera construite sur un espace de 20 hectares aura pour tâche de rendre plus performant, plus productif le secteur minier pour le Mali et contribuera à diminuer le chômage. Ce joyau, aux dires du PM, qui aura une capacité d’accueil de 300 étudiants se réalise sur financement de l’État malien ainsi que de certains partenaires, notamment ceux du secteur minier.

Très heureux de cette circonstance, le Premier laisse entendre : « C’est un grand jour pour le Mali et l’Afrique, car cet établissement permettra de mettre à la disposition des industries minières des compétences africaines nécessaires à son fonctionnement. En outre, grâce à cette école, le nombre d’employés sera triplé dans les prochaines années, passant de 7000 aujourd’hui à plus de 21 000 au Mali ».

S’agissant des programmes qui seront dispensés par cette école, il fera comprendre qu’elle formera les étudiants aux cycles d’ingénieurs miniers, de spécialistes en géologie minière et de techniciens supérieurs en technologies minérales, ainsi que dans des modules de formation liée aux aspects de santé et sécurité, de l’environnement, de la fiscalité minière et de la réhabilitation des sites.

Quant à la ministre des Mines et du Pétrole, Mme Lelenta Hawa Bah, elle n’a pas pu s’empêcher de faire état des énormes potentialités que recouvre ce secteur au Mali : « Le fait de poser aujourd’hui la première pierre d’une école qui sera dédiée à la formation des cadres pour ce secteur, avec toutes les commodités requises, est un grand pas vers l’amélioration de l’exploitation des ressources minérales pour une croissance économique équitable et inclusive et un développement durable, eu égard aux potentialités minières de notre pays ».

Il convient de passage de rappeler que ce n’est pas la construction de cette grande école dédiée au secteur minier qui améliorera forcément l’exploitation minière au Mali. Il faudra que le gouvernement malien se donne la volonté de réviser le code minier de 2012 afin de revoir les conditions d’octroi des permis d’exploitation, de renégocier les exonérations. Outre, le gouvernement doit se donner les moyens nécessaires pour assurer un contrôle sans faille auprès des entreprises exploitantes afin de lutter contre les flux financiers illicites. Ce contrôle pourrait obliger ces entreprises au respect total de leurs engagements notamment en ce qui concerne la prise en compte des Responsabilités sociales et environnementales (RSE), voire la réhabilitation des sites. Chose qui est rarement faite au Mali et qui fait souffrir les populations des zones d’exploitation.

Fousseni TOGOLA

Source : le pays

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur