Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Deux choses qui m’ont marquées dans l’attitude du Shérif de Nioro, à l’époque, ou notre président était en mode “wanted” dans sa sphère. – MALI CANAL
Actualité Editos / Contributions

Deux choses qui m’ont marquées dans l’attitude du Shérif de Nioro, à l’époque, ou notre président était en mode “wanted” dans sa sphère.

Je l’ai entendu s’exprimer, quand il en voulait au PM devenu ancien PM, et à celui qui l’a nommé, à savoir son Excellence Monsieur le Président de la République du Mali, le très Honorable, très distingué et pieux, spécialiste du subjonctif et du latin, El Hadj Ibrahim Boubacar Keita.
Les amis, laissez-moi passer un peu de pommade, les temps sont durs, et seuls les garibou, griots et les récalcitrants menaçants s’en sortent…moi je suis petite fille de garibou, assumée. Hooo, faut pas avoir honte de ses origines.

Le Shérif, dans son style avait dit à l’époque, qu’il avait les moyens de déstabiliser le pays, qu’il pouvait mettre le pays en feu, mais que son amour de la patrie l’en empêchait.
Ça m’avait donné des sueurs froides…
Je m’étais dit que dans n’importe quel pays, tenir ce genre de propos devait mener à la restriction de libertés, et à un interrogatoire, musclé s’il le faut.
Puis, dans sa complainte à l’époque, il avait parlé de ses camions, qui étaient bloqués, et que c’était la faute de Boubèye, et qu’on lui réclamait ohhhh outrage, la somme de 6 (ou 7) millions de nos francs, avant de les laisser passer…
Ça, ça m’avait énervée un peu, mais surtout amusée… Je me suis dit, “ah il s’agit donc de ça”…

Je n’en ai pas parlé, car je vis dans un pays où la haine se ballade à la recherche de sur qui elle va s’acharner…
Mais, à la faveur de la grande cérémonie de réconciliation nationale, entre lui et IBK, je me permets de publier ce que j’avais ressenti à l’époque…

Ah, la vie … Vive la paix, mais elle nous coûte cher hein, en émotions et en privations, à nous les pauvres insignifiants de la République.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur