Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
«Dans la plupart des pays africains, le taux de demande énergétique est de loin bien supérieur à la croissance économique», selon l’économiste Modibo Mao Makalou – MALI CANAL
Economie

«Dans la plupart des pays africains, le taux de demande énergétique est de loin bien supérieur à la croissance économique», selon l’économiste Modibo Mao Makalou

L’économiste Modibo Mao Makalou, dans sa chronique du 18 avril 2021 de «On refait l’actualité»sur Renouveau TV, parle du taux d’accès à l’électricité en Afrique en 2018 pour 54 pays.

Modibo Mao Makalou s’est prononcé sur les dernières données sur le taux d’accès à l’électricité en Afrique. Il y a, dit-il, 54 pays qui ont été évalués par la Banque mondiale en 2018. Il a indiqué que le secteur de l’énergie en général et l’électricité en particulier couvre des enjeux forts et stratégiques pour le développement économique.

En effet, ce qui se passe c’est qu’en réalité, dans la plupart des pays africains, le taux de demande énergétique est de loin bien supérieur à la croissance économique. Ce qui ne va pas sans problème parce que cela va faire en sorte que non seulement il y aura des problèmes au niveau de la productivité, de la compétitivité, mais aussi au niveau de l’approvisionnement correct énergétique dans les pays. Ce qui, assure l’économiste, a des effets très importants sur l’amélioration des conditions de vie des populations.

Au niveau des données, 06 pays sur 54 ont un taux  d’électrification au-dessus de 90%, 06 autres pays ont un taux d’électrification au-dessous de 20% et 42 ont entre 20% et 90%. L’économiste Modibo Mao Makalou avait auparavant rendu hommage au célèbre économiste canadien Robert Mundell, Prix Nobel de l’économie en 1999, concepteur de la monnaie unique Euro, qui est décédé le 4 avril 2021.

Lui avec son collègue Monsieur Marcus Fleming ont été les auteurs de célèbres articles écrits en 1961 qui théorisent sur les zones optimales monétaires ; des zones monétaires qui regroupent un certain nombre de pays qui, dans le cadre de l’intégration, décident d’harmoniser leurs politiques monétaires et fiscales.

Fadiala N. Dembélé/Stagiaire Source : Le républicain 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur