Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité ALERTE Société

Cruauté publique sur les animaux : au Mali, un bœuf brûlé vif par un charlatan

C’est un ami du nom de Abou Sidiki qui a donné l’information sur sa page sans donner plus de détails sur la localité où s’est passé le crime. En tout cas, ce qu’on peut retenir, c’est que c’est un taureau en captivité qui a été brûlé vif publiquement par un charlatan au Mali pour des fins de sacrifice. La scène est difficile à vivre quand on visionne la vidéo. Comment un être humain peut atteindre un tel niveau de désincarnation ?

Cette cruauté odieuse digne de l’époque du moyen-âge n’est pas tolérée en droit français. Alors, le délit de cruauté est prévu et puni par le code pénal français dans son article 521-1.
En droit pénal malien, il semble que cette disposition pénale française n’a pas son équivalent.

Ceci étant, le droit évolue avec la société pour combler les tares. Dans notre droit positif, le législateur malien n’avait pas prévu une disposition sur la cruauté envers les animaux, mais aujourd’hui, ce constat nous montre que le législateur ne doit pas rester indifférent face à cette abomination.
À la limite, le juge pénal, face au silence du législateur, aurait pu forger dans la conscience sociale, un raisonnement tendant à la répression de cette violence aveugle sur les animaux.

“N’a-t-il pas une convention ou traité international portant protection des animaux que le Mali a ratifié ? Si oui, je pense que le magistrat pénal malien pourrait s’en servir pour sévir sur cet acte d’atrocité.
Il existe une convention internationale de protection de l’environnement dont j’imagine que certaines de ses dispositions peuvent s’appliquer à cet effet”, a écrit un internaute.

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *