Vous devez respecter le droit d'auteur
Monde

Coronavirus : pourquoi le Portugal est 10 fois moins touché que l’Espagne voisine

Le Portugal présente des taux d’infection et de mortalité liés au Covid-19 radicalement différents de ceux de l’Espagne voisine, l’un des pays les plus touchés au monde. En effet, au 15 avril, le Portugal compte 17 448 cas confirmés de malades et 567 décès soit 3,24% de cas mortels alors que l’Espagne compte dix fois plus de malades (177 633) et 18 579 décès soit 10,45% de cas mortels, selon l’université Johns Hopkins.

Qu’est-ce qui explique un écart aussi important entre les deux pays de la péninsule ibérique ? Interrogé par Euronews, le Dr Filipe Froes, pneumologue portugais et conseiller de Graça Freitas, Directrice Générale de la Santé du pays, apporte des éléments de réponse.

La pandémie n’a pas commencé partout en même temps dans tous les pays d’Europe. Nous avons réalisé que le Portugal était trois semaines derrière l’Italie et peut-être une semaine et demie derrière l’Espagne,” explique le Dr Froes. “Ce qui nous a donné un temps précieux, ces quelques jours, pour nous préparer“.

Plus de temps pour se préparer

“C’est la différence notable avec l’Espagne, nous avons eu plus de temps pour nous préparer” souligne le docteur, “nous avons eu plus de temps pour préparer nos hôpitaux, en augmentant grandement la capacité de nos services de réanimations.”

Il ajoute : “L’une des différences principales est que nous avons pu impliquer les médecins généralistes. Comme vous le savez, entre 80% et 85% des patients atteints de Covid-19 n’ont pas besoin d’être hospitalisés et peuvent rester chez eux et être suivi par leur médecin généraliste“.

Seulement ceux dont la situation médicale le demande sont envoyés à l’hôpital, rappelle le docteur, Par conséquent “les services d’urgence ne sont pas asphyxiés sous le nombre de patients et peuvent mieux traiter ceux en situation critique“. Et donc éviter les décès de patients hospitalisés.

Un esprit civique inégalé

Une étude de l’Université Nova de Lisbonne indique que la propagation du nouveau coronavirus au Portugal a été la plus faible d’Europe pendant les 25 premiers jours de l’épidémie.

Le Dr Froes estime, lui, que l’obéissance des citoyens a été cruciale pour prévenir une diffusion plus ample du virus. “La plupart des activités sont interdites, comme les écoles et les activités commerciales, et la plupart des gens suivent généralement les règles et nous appliquons les recommandations du gouvernement. Il n’y a pas eu de problèmes d’insubordination“.

Eduardo Cabrita, le ministre portugais de l’Intérieur, a déclaré que les citoyens portugais ont fait preuve d’un “esprit civique inégalé” en se conformant aux règlements pendant le week-end de Pâques. “Les forces de sécurité font état de très faibles niveaux de circulation des citoyens et d’une large adhésion aux recommandations”.

Le 10 avril, le président Marcelo Rebelo de Sousa a proposé de prolonger le confinement national au-delà du 17 avril et jusqu’au 1er mai. Le Portugal a déclaré l’état d’urgence le 18 mars, seulement deux jours après que le premier décès lié au Covid-19 a été signalé dans le pays.

Attention au maisons de retraite

Mais malgré des signes prometteurs, les autorités avertissent qu’il est peut-être encore trop tôt pour évaluer la réponse du Portugal au coronavirus.

La question des maisons de retraite et de leurs employés est considérée comme particulièrement préoccupante. C’est une priorité“, a ainsi déclaré le ministre portugais de l’Intérieur.

Les autorités craignent que la maladie ne se propage rapidement dans les maisons de retraite, comme cela a été le cas dans d’autres pays d’Europe.

Mais le Portugal a pris d’autres mesures importantes pour contenir le virus, comme rapatrier environ 4 000 citoyens de l’étranger.

Le gouvernement portugais a également régularisé la situation des migrants et des demandeurs d’asile qui avaient des demandes de permis de séjour en cours.

Cette mesure – temporaire, les droits dureront jusqu’au 1er juillet – vise à garantir que toutes les personnes qui en ont besoin puissent avoir accès à une couverture sociale et aux soins de santé pendant que le pays lutte contre la propagation et les effets du coronavirus.

Le ministre de l’intérieur, Eduardo Cabrita, a déclaré qu’il était “important de garantir les droits des plus fragiles, à l’instar des immigrants“.

Il est du devoir d’une société solidaire en temps de crise de veiller à ce que les citoyens immigrés aient accès à la santé et à la sécurité sociale“, a-t-il expliqué.

Source : euronews.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *