Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Contribution d’un enseignant sur la crise scolaire : la réalité des négociations et l’esprit de la loi sur le fameux l’article 39

“Le gouvernement veut appliquer l’article 39 à partir de la grille du statut général obtenu par l’UNTM. Ce qui emmènerait les enseignants au même niveau que les autres fonctionnaires du statut général avec des avantages particuliers sur les primes et autres. La synergie demande qu’on l’applique à partir du statut particulier des enseignants et ils dépasseront les autres fonctionnaires, alors que c’est une lutte de l’UNTM qui demande d’harmoniser les grilles salariales.

Alors si le gouvernement avance d’un centime sur la grille des enseignants, c’est le même centime qu’il devrait donner à tous les fonctionnaires pour encore harmoniser. C’est sans appel.
En d’autres termes, si l’État acceptait de propulser les enseignants du fondamental et du secondaire au au-dessus de tous, alors que les mêmes mots et phrases n’ont pas donné droit aux autres secteurs spéciaux de travailleurs, c’est le début d’une surenchère à l’infinie. Ne l’oublions pas, avant les enseignants, il y’a les magistrats qui ont le même article dans leur statut automne, également, l’enseignement supérieur et d’autres corporations ont les mêmes dispositions comme l’article 39 dans leurs statuts. Ils n’ont pas fait ce chantage à la République. L’Etat a beau avoir la volonté, il ne peut pas supporter une telle charge pour tous les secteurs. C’est impossible. C’est ce que le SNEC a compris et il ne peut suivre la synergie dans ce chaos.

Ce que le SNEC a demandé c’est d’éviter la lutte positionnelle. C’est à dire que la Synergie aurait du accepté la proposition de l’Etat mais chercher d’autres primes pour compenser l’article 39 et éviter que les autres corporations qui ont l’équivalent de l’article 39 dans leurs statuts ne se soulèvent et demandent les mêmes privilèges.

Mais hélas ! Les leaders de la synergie sont pour la plupart inexpérimentés ou je ne sais pas, veulent avoir des positions auprès de l’État surtout pour la plupart d’entre eux, ils sont en congés de formation et ne subissent pas les coupures sur leurs salaires contrairement à leurs suiveurs aveugles qui sont dans les classes et qui sont souvent privés de salaire”.

Propos recueillis auprès d’un enseignant

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *