Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Contre la présence des Forces françaises et la MINUSMA : Les épouses et enfants militaires de Kati toujours sur les dents !

Le vendredi 22 novembre 2019, les femmes de la ville garnison de Kati ont tenu une marche de protestation pour exprimer leur désarroi face aux massacres des soldats maliens au centre et nord du pays et exiger le départ sans délai des Force Françaises et la MUNISMA de notre pays. Les manifestants pour cette marche, ont pris le départ, au niveau de la mairie de Kati, pour rallier la préfecture de Kati où ils ont remis la copie d’un mémorandum au Sous-préfet de Kati.

Pour la troisième fois en l’espace d’un mois, les femmes et jeunes de de la ville Garnison de Kati sont sortis massivement pour exprimer leur soutien aux FAMAs, suite aux différentes attaques dont elles sont victimes et réclamer le départ sans délai des Forces françaises et la MINUSMA, présentes au Mali.

Commencée par le chant de l’hymne national du Mali, cette marche a pris son départ devant la mairie de Kati pour prendre fin à la préfecture de Kati.

« Déclaration de guerre à toutes les forces étrangères au Mali, MUNISMA et Barkhane dégagent, vive Salif Kéita, la France tue au Mali, Soutenons nos FAMAs, il y a trop de morts » tels sont entre autres slogans placardés sur les banderoles et tableaux tenus par les marcheurs.

Consternées devant ces multiples attaques dont sont victimes leurs maris et enfants, ces veuves et mères inconsolables ont dénoncé la mauvaise foi des Forces étrangères. C’est pourquoi, elles ont encore remis une copie de leur mémorandum au Sous-préfet de Kati, M. Issouffou Bakary Traoré, dans lequel on pouvait lire : « Nous femmes et jeunes de Kati, exigeons sans délai le départ du Mali de la force Barkhane et la MINUSMA qui constituent aujourd’hui la principale source d’insécurité ».

Cependant dans le même mémorandum, elles demandent l’envoi des hauts gradés de l’armée nationale sur le front.

« En outre, nous demandons le déploiement de tous les généraux sans exception sur les théâtres d’opérations », affirment-elles tout en appelant à la contribution de tous les citoyens à l’effort de paix.

Chantant à son tour l’hymne national du Mali avec les manifestants à leur arrivée devant la préfecture, le sous-préfet de Kati, dira que, soutenir son armée dans ces moments de crises sécuritaires est un devoir pour tout bon malien.

En réponse à la demande de ces femmes et jeunes par rapport à la suite de leur mémorandum remis à la préfecture lors de leur dernière marche, M. Traoré affirma : « on a envoyé le mémorandum au Gouverneur de Koulikoro le même jour. Et il a accusé réception. Il est en cours de traitement comme tout document adressé à une administration ».

En tout état de cause, ces femmes et jeunes de la ville Garnison de Kati tiennent leur promesse de marcher chaque vendredi tant que leurs demandes ne seront pas satisfaites.

Par Maïmouna Sidibé

Source le sursaut

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *