Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Comité de pilotage des projets diaspora 1 et 2 de la CTC : le Mali a injecté près de 600 millions de FCFA en 2019 dans l’assistance aux rapatriements de plus de 8 000 Maliens

La salle de conférence du ministère des Maliens de l’extérieur a abrité, le lundi 10 février 2020, la réunion du deuxième Comité de Pilotage des projets Diaspora 1 et 2 de la Cellule Technique du Codéveloppement (CTC). Le présent Comité a pour objectif de faire le bilan des activités de 2019 et programmer les activités de 2020 de la CTC, planifier les activités prioritaires de la composante 2 du FIDA. Il ressort de ce comité de pilotage que l’Etat malien a injecté près de 600 millions de FCFA en 2019 dans l’assistance aux rapatriements de plus de 8 000 Maliens à travers le monde.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre des Maliens de l’extérieur, Cheick Oumar Coulibaly, en présence de l’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali, Bart OUVRY, du représentant de l’Agence française de développement (AFD), MASSUYEAU Benoit, du coordinateur de la CTC, Dr Alou Barry, des membres du comité de pilotage et d’autres personnalités. A noter que bien avant le démarrage des travaux, le ministre des Maliens de l’extérieur, Amadou KOITA a tenu a salué et remercié les membres du comité, les partenaires du Mali pour leur effort en faveur du développement au Mali. Ainsi, lors de la cérémonie d’ouverture de ce comité de pilotage, le représentant de l’Agence française de développement (AFD), MASSUYEAU Benoit a fait savoir que c’est un projet important parce que ça permet de faire des investissements et de changer la vie de certaines populations. A sa suite, l’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali, Bart OUVRY  a indiqué que ce projet s’adresse à tous les Maliens de la diaspora ce qui constitue une cible qui avoisine 6 millions de personnes. «Au-delà de ce projet, l’UE finance également à travers le Fonds fiduciaire d’urgence l’action de coopération Sud-Sud entre le Mali, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Maroc qui stimule les échanges de bonne pratique sur l’accueil et le retour des personnes de la diaspora », a conclu le diplomate Européen. Pour sa part, le représentant du ministre des Maliens de l’extérieur, Cheick Oumar Coulibaly a souligné que sur le plan international, le Mali a été parmi les premiers pays à élaborer une PONAM (Politique nationale de migration). Au plan national, dit-il,  de solides jalons ont été posés en faveur de la Diaspora Malienne. Parmi ces actions, Cheick Oumar Coulibaly a cité entre autres : la Cité d’Accueil des Maliens de l’Extérieur, construite sur les fonds du Budget d’Etat pour un coût de près d’un milliard de FCFA ; un fonds appelé «filet social » mis en place par l’Etat pour venir en aide aux Maliens vivant en détresse dans les pays de transit et d’accueil ; la mise en place par l’Etat d’un partenariat avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) et le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) pour favoriser et encourager le retour volontaire des Maliens en situation de détresse. « Au titre de l’année 2019, l’Etat malien a injecté près de 600 000 000 FCFA dans l’assistance aux rapatriements de nos compatriotes », a souligné le représentant du ministre. Selon lui, tous les efforts déployés en faveur de la Diaspora doivent converger vers un objectif essentiel qui est le Développement local. A l’en croire, du 1er Janvier au 31 décembre 2019, plus de 8.000 Maliens ont été rapatriés à travers le monde. Ces statistiques font de 2019, dit-il, une année record en matière de rapatriement des Maliens en situation de détresse. A ses dires, le gouvernement de la République du Mali a vu juste en créant la Cellule Technique de Codéveloppement (CTC), qui, selon lui, est aujourd’hui une fierté nationale. « Malgré ces résultats probants du programme, beaucoup reste à faire encore et certaines difficultés entravent la mise en œuvre des activités du programme. Il s’agit entre autres : manque de visibilité du projet dans certains pays de l’UE, de la CEDEAO et de la CEMAC, subvention insuffisante pour certains projets, manque de fonds d’amorçage des projets d’investissements individuels, vétusté du bâtiment abritant la CTC », a-t-il dit. Enfin, il a remercié la Diaspora malienne pour sa contribution dans l’économie malienne, plus 538 milliards de FCFA transférés en 2018 et à cela s’ajoute le transfert de compétences.

Aguibou Sogodogo

Source : le Républicain

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *