Vous devez respecter le droit d'auteur
Sécurité

Colonel Bérété : les dessous d’un retour au bercail

Le nouveau patron de l’école de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye, le colonel-major Mody Bérété, est connu des Maliens. Il a été directeur de la gendarmerie nationale pendant de longs mois. Il avait relevé de ce poste à la suite d’une affaire non encore élucidée.

En effet, dans la nuit du vendredi 9 au samedi 10 octobre 2015, neuf prisonniers, précédemment en détention au camp I de la gendarmerie à  Darsalam, avaient pris la poudre d’escampette sans que l’on ne sache comment.

Et comme pour sanctionner ce qui a été considéré, à l’époque, comme une négligence professionnelle, le mercredi qui a suivi, le conseil des ministres a limogé le colonel-major Mody Berethé, jusqu’alors directeur général de la Gendarmerie nationale. Il n’a pas été le seul à faire les frais de cette évasion. Il a entraîné, dans sa chute, l’inspecteur général de police, Hamidou Kansaye, directeur général de la police.

Depuis quelques temps donc, Mody Bérété, qui s’était fait oublier à travers l’exercice d’un poste à l’extérieur, est de retour à Bamako et a été placé à la tête de l’EMP, en attendant.

En attendant ? Oui, car, son point de chute à l’origine n’était pas l’EMP, mais plutôt le poste de ministre de la Sécurité en lieu et place du Général Salif Traoré. Oui, une mafia politico-religieuse a juré la déchéance du ministre. Une mafia dont le seul objectif est de placer ses hommes dans le gouvernement et au sein de la haute administration.

Contrairement à ce qui se raconte, ce qui maintient le Général Salif à son poste, ce n’est ni plus ni moins que son professionnalisme. Un professionnalisme dont il a fait montre partout où il est passé. Les Kayesiens en savent quelque chose.

 MT

Source nouvelle liberation

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *