Vous devez respecter le droit d'auteur
Editos / Contributions

Changer juste la façade pour que rien ne change en profondeur !…

En se mettant derrière les chefs d’État de la CEDEAO, le Colonel Assimi Goïta et ses hommes ont choisi la mauvaise place pour permettre au Mali d’avancer vers une véritable rupture systémique.

La révolte populaire du 5 Juin ne réclamait pas seulement le départ d’IBK mais elle voulait un démantèlement du SYSTÈME de prédation qui a détruit l’avenir de plusieurs générations de maliens. L’agenda de la CEDEAO est celle de la France et de ses alliés. Cet agenda se résume à la révision de la constitution du 25 février 92 afin d’adapter son contenu à l’application de l’APR d’Alger. Or, unanimement les maliens rejettent en bloc cet accord qui est à l’origine du chaos actuel que vit notre pays au Nord et au centre.

L’enfantement se fait dans la douleur. Si nous voulons un nouveau Mali, “Mali Koura”, nous devons accepter de payer le prix qui y va avec. Le CNSP pouvait entrer dans l’histoire s’il s’était engagé dans la voie de redonner au peuple malien sa fierté légendaire en diversifiant nos partenariats à l’international. Après le sommet de Sotchi en Russie, le Mali ne devrait plus prendre ses ordres uniquement auprès de la France et de ses marionnettes de la CEDEAO.

En guise de rappel, c’est avec seulement 13 cadres supérieurs que le président Modibo Keita a rompu d’avec la France après notre accession à la souveraineté internationale quand il a jugé que ce pays n’avait d’autres visées que ses propres intérêts. En huit ans de Gestion (1960 – 1968), ils ont jeté les bases d’un véritable projet de développement du Mali avec leurs soutiens russes et chinois.

À défaut de réactiver nos liens traditionnels avec ses deux puissances membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU nous pouvons envisager de nous tourner vers Israël qui est l’un des alliés stratégiques du Rwanda de Paul Kagamé. Si nous ratons cette occasion de nous affranchir de la tutelle française il nous faudra attendre encore 25 à 30 ans. Sommes-nous prêts à supporter ce fardeau ?

Sambou Sissoko

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *