Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Autorité de régulation des marches publics : Afrique Auto victime d’un réseau de Mafia ! – MALI CANAL
Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Economie

Autorité de régulation des marches publics : Afrique Auto victime d’un réseau de Mafia !

Mis dans toutes les commodités nécessaires afin de traiter convenablement les dossiers d’Appel d’Offres, l’ARMDS semble se ruer sur des intérêts sordides. C’est le moins que l’on puisse dire au sujet de ce dossier d’appel d’offres N°0036/F-2020 du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Où la société Afrique Auto serait victime d’injustice à travers un réseau de Mafia dénommé comité de règlement des différends dont le président est le DG Alassane Ba et le représentant de l’administration Colonel-major Hama Barry.

Pourtant, en s’inspirant de l’adresse de nouvel an du Directeur Général (DG) Ba, il inspire confiance. Car, il indique : «Puisse cette année 2020 ramener la paix dans les cœurs, renforcer l’unité et la cohésion sociale et doubler l’engagement de chacun et de tous dans le processus d’assainissement de notre système de passation, d’exécution, de contrôle et de règlement de la commande publique.». Malheureusement, la parole ne semble pas liée à l’acte.

Car, selon nos sources bien informées, Afrique Auto a postulé le DAO (Dossier d’Appel d’Offres) ci-dessus cité. Elle s’est vue non retenue par le DFM au motif de spécifications techniques non conformes et d’un des marchés similaires ne correspondant pas.

Surprise, Afrique Auto a saisi l’autorité de règlement des différends pour réparation d’injustice. Celle-ci, dans son rôle, décide de rencontrer les deux parties. Lors de l’audition, Afrique Auto aurait prouvé dans son dossier qu’elle s’est engagée à fournir exactement les articles demandés par le ministère. Puis, la société aurait fourni les attestations et les numéros des deux marchés similaires tout en demandant qu’elle soit mise dans ses droits.

Ayant écrit au ministère un recours gracieux, la société est surprise par l’autorité qui indique que la société n’a pas attendu trois jours ouvrables avant de saisir l’autorité de régulation des marchés publics et des délégations des services publics.

Pourtant, selon l’article 121.1 du code des marchés publics sur lequel s’appuie Afrique Auto, il est dit que : «Les décisions rendues au titre du recours gracieux peuvent faire l’objet d’un recours devant le Comité de Règlement des Différends dans un délai de deux jours ouvrables à compter de la date de notification de la décision faisant grief.».

La société, selon les documents sous nos mains a écrit le recours gracieux le jeudi 13 février 2020, le vendredi 14 et le lundi 17 février sont les deux jours ouvrables. Et elle n’a, semble-t-il, reçu aucune réponse de la part du ministère de l’Education. C’est ainsi qu’elle a écrit à l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et de Délégation des Services Publics le 18 février pour qu’elle soit mise dans ses droits. Afin d’indiquer que la décision N°019 de non recevabilité de la requête d’Afrique Auto par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et de Délégation des Services Publics est injuste au regard des faits et des textes en la matière.

Enfin, il est important qu’en l’état actuel de la nation, que les autorités aient plus de regard dans les faits et actes de ce service combien important qu’est l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et de Délégation des Services Publics. Pour éviter au pays des désagréments aux conséquences incalculables. Car, il y a trop d’injustices dans notre pays et la finalité ne peut être des remous, des mécontentements, à la limite des soulèvements. Que Dieu nous en garde !

  1. DABO

Source : Zénith Balé

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *