Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Autonomisation de la femme : 19 associations de la région de Sikasso financées à plus de 27.000.000FCFA

Le ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, à travers le Fonds d’Appui pour l’Autonomisation de la Femme et épanouissement de l’enfant (FAFE), à travers l’ONG Jigi gestionnaire délégué, les femmes de la région de Sikasso  (11 à Bougouni, 4 à Yanfolila et 4 à Kolondiéba), ont  bénéficié de l’aide de l’Etat le lundi 30 septembre, à Bougouni, par la remise d’une importante quantité d’équipements composés de panneaux solaires et accessoires, de matériels pour la fabrication du savon, de matériels pour la transformation d’arachide en pâte, de matériels de fabrication de beurre de karité, d’accessoires de tissage et de grillade et aussi de matériels pour la teinture. La valeur des équipements est estimée à 27,5 millions de Fcfa.

Le Fonds d’Appui à l’Autonomisation de la Femme et à l’épanouissement de l’Enfant existe depuis 2012, mais c’est à partir de 2015 qu’il a démarré ses activités. Le FAFE  a deux objectifs : promouvoir l’autonomisation de la femme malienne  et parvenir  à l’épanouissement de l’enfant à travers les financements et des formations.  Il fonctionne sur le budget d’Etat, en partenariat avec Rand Gold, UNICEF et ONU Femmes.  Pour accéder au financement, il faut être dans un groupement, c’est-à-dire association.

Depuis l’aube des temps et dans tous les pays du monde, il a été établi et accepté que la femme a beaucoup souffert et continue malheureusement de souffrir. Ainsi, la question des femmes, de leur droit et de leur émancipation, de leur pleine et équitable participation au développement de la nation constitue des questions d’une grande importance. Ainsi, il a toujours existé un écart entre l’homme et la femme. Cette image négative de la femme est transmise de génération en génération à travers les religions, mythes, les contes et autres pratiques sociales qui sont à l’origine de la différenciation des statuts et des rôles et même du travail selon le sexe.

L’école des filles n’a pas été facile du fait de certaines pesanteurs sociales. On lui apprend bref, une vie de subalterne par rapport à l’homme. Il n’est pas rare d’entendre dans notre vie de tous les jours des affirmations sinon des clichés du genre comme : « une femme n’est qu’une femme…elle est comme un enfant… » ; S’ajoutent à cela certains propos conservateurs comme : « la place de la femme, c’est son foyer » ou «C’est l’homme qui fait la dignité de la femme». Cette exclusion des femmes expose certaines à toute sorte de violences physique et psychologique. L’ouverture démocratique fut un déclic pour la femme malienne, qui s’est vue accorder de nombreux droits. Présentes en nombre croissant sur la scène politique, les femmes au Mali, au même titre que les hommes participent à tous les combats et sur tous les fronts pour la prospérité du Mali et le bien-être des populations.

L’autonomisation des femmes fait encore peur à beaucoup d’hommes au Mali. Pourtant, elles effectuent deux tiers du nombre d’heures de travail et produisent plus de la moitié des aliments selon des études.

Mahamadou YATTARA

Source: Infosept

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *