Société

Arrestation de Moussa Diawara dans l’affaire du journaliste Birama Touré : Le Reporters sans frontières salue « un tournant remarquable de l’enquête »

Suite à l’arrestation et l’inculpation de l’ancien Chef des renseignements du Mali, Moussa Diawara dans le cadre de l’enquête de la disparition de notre confrère Birama Touré en 2016, le Reporters sans frontières se félicite de l’avancée dans l’affaire qui constitue, selon l’organisme, un « tournant ».

Dans un article publié sur son site, le Reporters sans frontières (RSF) se félicite de l’arrestation et l’inculpation de Moussa Diawara, ex-patron de la Direction générale de la Sécurité d’État (DGSE), accuséde « complicités, d’enlèvement, de séquestration, de tortures… », du journaliste malien disparu en 2016. « Le général Moussa Diawara, ex-patron de la Direction générale de la sécurité d’État (DGSE),  a été arrêté à Bamako, a appris RSF auprès d’une source judiciaire ce jeudi 29 juillet. Celui qui a dirigé les renseignements maliens pendant sept ans sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Keita est accusé de complicité d’enlèvement, de séquestration et de torture dans le cadre de l’affaire de la disparition du journaliste malien Birama Touré, qui n’a plus été revu par ses proches depuis le 29 janvier 2016 », se réjouit l’organisation en charge de défendre les droits de la presse.

Selon le Reporters sans frontières, l’organisation avait révélé que notre confrère Birama Touré, travaillant pendant plusieurs années pour le Sphinx, un journal d’investigation avait, en fait, été arrêté et détenu dans une prison secrète de la sécurité d’État pendant plusieurs mois. « L’une de nos sources, l’un des co-détenus du journaliste, avait indiqué que ce dernier avait ensuite été tué par balles à la fin de l’année 2016 », a indiqué le RSF dans son article.

Le responsable du bureau Afrique du RSF, Arnaud Froger se réjouit de l’inculpation de Moussa Diawara. « Après des années de silence et d’indifférence des autorités maliennes sur la disparition de ce journaliste, l’arrestation de l’ex-patron des renseignements maliens constitue un tournant », a-t-il estimé.

« Compte tenu de la gravité des faits et des révélations auxquelles ont participé RSF et le directeur de publication du journal pour lequel a longtemps travaillé Birama Touré, nous nous félicitons des récents progrès effectués dans cette enquête », poursuit le premier responsable de RSF Afrique, Arnaud Froger. Avant de solliciter à la justice malienne de mettre tout en œuvre afin que l’ensemble de suspects, « y compris ceux qui ont directement participé à la séquestration de ce journaliste, et peut-être à son assassinat », puissent être arrêtés, entendus et traduits en justice.

Notons que le général Moussa Diawara qui a dirigé pendant la Direction général de la sécurité d’État (DGSE) sous le régime de l’ancien président, Ibrahim Boubacar Keita renversé le 18 août 2020 par un coup d’État. Le 05 juillet 2021, l’organisation internationale de la police criminelle (Interpol-Mali) a émis un mandat d’arrêt international contre Karim Keita, ancien député et président de la Commission Défense de l’Assemblée. Le fils de l’ancien Président IBK est accusé depuis le début de l’affaire d’être impliqué dans la disparition du journaliste Birama Touré. A rappeler que, le Général Diawara est connu pour avoir été proche de Karim Keita.

Ibrahim Djitteye

Source : LE PAYS

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez respecter le droit d'auteur