Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Apaisement du front social : le ministre Dicko à la rencontre des centrales syndicales

Dans le souci d’impliquer les centrales syndicales pour décanter le front social en ébullition dans plusieurs secteurs d’activités, le ministre du Dialogue social, du travail et de la fonction publique, Oumar Hamadoun DICKO, a initié une série de visites. C’est dans ce cadre qu’il était hier mardi, dans la mi-journée, à la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM). Le ministre et sa délégation ont été reçus par le secrétaire général de la CSTM, Hamadoun Amion GUINDO, en présence de plusieurs membres de ladite centrale.

Cette série de visites initiée par le ministre du Dialogue social, du travail et de la fonction publique auprès des centrales syndicales a pour objectif de calmer le front social qui paralyse certains secteurs d’activités dans notre pays.

Après des échanges entre le ministre et les responsables de la CSTM, loin des micros et caméras, le secrétaire général Hamadoun Amion GUINDO a confié que c’est la troisième fois, depuis sa nomination, que sa centrale reçoit le ministre Oumar Hamadoun DICKO.

« Cela veut dire qu’il a cette volonté politique d’échanger avec les partenaires sur les différentes préoccupations. Eu égard aux problèmes sociaux qui prévalent aujourd’hui dans notre pays, c’est une très bonne chose que le ministre se rend à la CSTM pour donner son point de vue par rapport à cette situation et aussi ce qu’il attend de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali », a confié doyen GUINDO.

Selon lui, lors de l’entretien, le ministre a plaidé l’implication de sa Centrale syndicale pour que la concertation et le dialogue puissent continuer. ‘’Cela, pour qu’ensemble nous travaillions pour parvenir à des solutions convenables pour le pays’’, a martelé Hamadoun Amion GUINDO.

Malgré le fait que le front social soit en ébullition, presque dans tous les secteurs d’activités, le patron de la CSTM n’a pas caché son optimisme. Pour lui, l’espoir est permis, car chaque fois que les Maliens s’asseyent et échangent honnêtement, il y a toujours des solutions fiables.

« Nous sommes dans cette dynamique et bientôt nous allons entamer des discussions avec le gouvernement et nous espérons que tout ceci sera un ancien souvenir », a noté Hamadoun Amion GUINDO.

Il a déclaré que ce ne sont pas que les enseignants qui sont en grogne, mais aussi les agents dans les domaines de la santé, des transports et plusieurs autres secteurs.

« C’est ça aussi la liberté syndicale, mais à un moment donné, il va falloir s’assoir pour discuter de tout ça et voir qu’est-ce qui est possible, qu’est-ce qui n’est possible, tout en respectant la règlementation en vigueur », a précisé le leader syndical.

Sans répondre directement à la question si les centrales syndicales ont la main mise sur les différents syndicats, le secrétaire général de la CSTM a indiqué qu’il y a une certaine discipline syndicale à partir des affiliations que chaque syndicat ou fédération respecte. Il a rassuré qu’après avoir écouté le ministre, la CSTM échangerait avec ses partenaires : syndicats et fédérations pour trouver les voies et moyens de sortie de crise.

PAR MODIBO KONE

Source : info-matin

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *