Vous devez respecter le droit d'auteur
Sports

Afro basket u18 garçons, Bamako 2018 :le thé Achoura en première ligne

Les rideaux sont tombés, Dimanche soir, sur AFROBASKET U18 GARCONS, BAMAKO 2018. Les Aigles du Mali sont champions d’Afrique. Un évènement d’une grande réussite à mettre au compte du ministre des sports, maître Jean Claude SIDIBE, non moins ancien président de la Fédération Malienne de Basketball. Pour accompagner AFROBASKET U18 GARCONS, BAMAKO 2018, le Thé Achoura était en première ligne en tant que Sponsor.

L’équipe nationale masculine de basket-ball du Mali a remporté, hier, l’édition 2018 du championnat d’Afrique des moins de 18 ans. Elle a battu, en finale, son homologue du Sénégal (78-76). La tâche n’a pas été du gâteau. Mais impossible n’est pas malien…

Les protégés du coach Alhaji Dicko, on le sait, avaient perdu le premier quart temps (20-23). Ils ont été obligés de cravacher dur pour s’imposer au deuxième quart temps (43-34) à la mi-temps. Les Lionceaux du Sénégal sont toujours premiers sur les rebonds. Ils sont aussi très adroits dans les shoots. Ils parviennent à renverser la tendance, à l’issue du troisième quart temps (53-55). Un léger avantage qu’ils tenteront de consolider. Ils ne pouvaient pas imaginer la détermination de leurs adversaires maliens. Ces derniers ont fini par avoir raison sur leurs adversaires du Sénégal, dans les dernières secondes de la partie (78-76). Ainsi, notre équipe masculine de Basketball des moins de 18 ans monte sur la plus haute marche du podium. A noter que les deux équipes finalistes représenteront l’Afrique au prochain Mondial de la catégorie.

Rappelons que cette édition 2018 de l’Afro basket masculin U18 sponsorisée par the Achoura s’est tenue au palais des Sports de Bamako. Ce que l’on pourrait ajouter à cela,  c’est que le défi a été relevé. Même si quelques petits problèmes organisationnels ont été remarqués ça et là.

Vivement la prochaine édition !

SECURISATION DE LA PRESIDENTIELLE 2018 PAR LE TANDEM FAMAS-GATIA-MSA-CMA

 

Une véritable lueur d’espoir pour le DDR et l’Accord d’Alger

 

Avec les différentes actions de sécurisation du scrutin présidentiel menées par les FAMAS, en collaboration avec le GATIA, le MSA et la CMA dans différentes localités du nord du Mali, ce que l’on tenait pour impossible, il y a quelques mois, est en passe de devenir possible.

 

La meilleure illustration de cette nouvelle donne qui prend forme au Nord du Mali commence tout d’abord à Talataye. La tristement célèbre commune rurale connue pour avoir boudé, depuis des années, les scrutins de tous niveaux, a enregistré des électeurs, distribué des cartes et fait voter sa population, le 29 juillet dernier. Les mêmes actions de sécurisation se sont répétées le 12 août dernier.

Un petit rappel : les Maliens se souviennent certainement encore que lors des deux tours de la Présidentielle de 2013, tout comme ceux des législatives de la même année, la commune de Talataye n’avait pas voté.

Mieux, les populations avaient été empêchées de participer à l’élection partielle d’un député de la circonscription électorale du cercle d’Ansongo, pour remplacer l’honorable HalidouBonzeye, du parti ASMA-CFP, décédé le 31 août 2015.

Le dimanche 29 juillet, et même bien des mois avant, les Forces armées du Mali en collaboration avec le GATIA et le MSA ont décidé de changer la donne dans cette zone du Haoussa.A travers des patrouilles de jours comme de nuit et des séances de sensibilisation, les populations ont repris confiance et sont restées sur place.

Selon un cadre de l’administration sur place, «aucun acte de violence n’a été enregistré, depuis de très longs mois et ceux qui avaient fui, à cause de l’insécurité, sont en train d’effectuer leur retour en grand nombre». A en croire toujours notre interlocuteur, l’action des FAMAS et des combattants de la Coalition MSA/GATIA a été très important dans la sécurisation du scrutin».

Toujours dans le Haoussa, il faut noter les opérations de sécurisation FAMAS-GATIA-MSA dans les localités de Djebock, Tin-Hama, Intilit, Samit Ahima et Ansongo. Il en est de même, un peu plus au sud, en l’occurrence dans le Gourma (Gossi, Adjora, Ebang-Emalene, Rharous).

Autre lieu, autre réalité. Dans l’Adrar des Ifoghas, le GATIA et la CMA se sont alliés dans le transport du matériel et la sécurisation des opérations de vote. «Tout s’est bien passé» nous a affirmé un observateur de la CENI de Kidal qui, d’ailleurs, s’est félicité de «ce nouvel élan de solidarité entre différents groupes armés qui augure de lendemains meilleurs».

Notons, enfin, que dans la région de Ménaka, grâce à la collaboration entre FAMAS et tous les groupes armés, qui existe depuis 2016, le scrutin s’est déroulé dans les conditions les meilleures.

Source Le Radar

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *