Vous devez respecter le droit d'auteur
Economie

Affichage publicitaire à Bamako : mettre fin au désordre !

Professionnalisé le secteur de la publicité; identifier les acteurs; identifier les supports ; améliorer pour les collectivités les recettes de la publicité extérieure, tels sont entre autres, les objectifs de la convention signée, le jeudi dernier, par le groupement professionnel des agences de communication (Gpac), le ministère en charge de la Communication, celui du l’Administration territoriale et de la Décentralisation, la mairie du district de Bamako et ses six communes, les mairies environnantes de Kati et de Kalaban Coro.

Présidée par le ministre de la Communication, chargé des relations avec les institutions et porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, la cérémonie de signature s’est déroulée au gouvernorat du District de Bamako. C’était en présence du secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Adama Sissouma, du gouverneur du District de Bamako, Babahamane Maïga et du président du Gpac, Sidi Dagnoko.

Un véritable désordre semble s’être installé dans le secteur de la publicité au Mali. En témoignent les affichages publicitaires anarchiques visibles le long des routes et dans les espaces publics. Ces derniers véhiculent tout genre de messages…

Le président du Gpac, Sidi Dagnoko, dira  qu’avec la présente convention, l’affichage publicitaire à Bamako et environ sera finalement règlementé et structuré. Ce, pour une publicité plus productive et professionnelle. «  Ce document définit désormais les supports conformes et met fin au désordre dans ce secteur. La publicité doit embellir et contribuer à salir nos villes», a-t-il précisé.

Le ministre Yaya Sangaré a souligné que le secteur de la publicité extérieure a connu un développement fulgurant à Bamako et environs : «  Cela s’est traduit par l’implantation anarchique de panneaux de formats divers, statiques et souvent dynamiques et très lumineux, le long de toutes les artères de la capitale. Ces panneaux sont devenus des instruments accidentogènes… ».

Aux termes de la présente convention,  ajoute le ministre Sangaré,  aucun acteur ne devrait plus pouvoir installer des dispositifs publicitaires sur le domaine public sans avoir obtenu au préalable une autorisation en bonne et due forme de la Commission d’implantation.

Composée d’un représentant du Gouvernorat de Bamako, de la Mairie du District de Bamako, des Mairies des six Communes de Bamako, de Kati et Kalabancoro et de 03 représentants Groupement Professionnel des Agences de communication et Régies Publicitaires, la commission délivrera le certificat de conformité des supports.

Mohamed Sylla

Source : l’Aube

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *