Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Accord groupement des syndicats et associations des cheminots du Mali et ministères de tutelle: Une décision qui fait grincer les dents – MALI CANAL
Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

Accord groupement des syndicats et associations des cheminots du Mali et ministères de tutelle: Une décision qui fait grincer les dents

Le Groupement des Syndicats et Associations des Cheminots du Mali conduit par les Secrétaires Généraux, M Moussas Kéita, du Syndicat Libre des Travailleurs du Rail et M. Mahamane Thienta, du CDTM,  a organisé un Point de Presse, le 24 janvier 2020, dans l’enceinte de la direction générale de TRANSRAIL, au centre de ville de Bamako, pour manifester sa déception et son inquiétude de ce qu’il a appelé : « une décision unilatérale » prise lors de la réunion de travail du 26 au 27 décembre 2019 à Bamako, par les ministères de tutelle.

 Selon le document de presse mis à notre disposition et cacheté par le Groupement des Cheminot du Mali, il est écrit : « Les Ministres ont pris la décision d’abroger la décision interministérielle-interétatique N°2016/001/MEFP-MITTD-SG du 26 mai 2016 en mettant ainsi en cause tout ce qui a été fait et décidé depuis des années par les Etats du Mali et du Sénégal pour la relance et la mise en œuvre du nouveau schéma institutionnel en violation de l’article 13 de la même décision qui stipule que : «Les missions de l’organe de gestion prennent fin à l’expiration de la période transitoire qui coïncide avec la signature d’une nouvelle concession des activités d’exploitation du chemin de fer Dakar-Bamako ».

En clair, les cheminots du mali crient à la haute trahison, surtout le manque de volonté politique de nos autorités vis à vis de celles du Sénégal qui parviennent depuis des lustres à défendre les intérêts de leurs travailleurs.  Faite un tour au Sénégal, les rails continuent à fonctionner de plus belle contrairement au Mali.

Un licenciement camouflé…

 Toujours selon le Document de presse : « Les travailleurs sont dans un vide juridique, car ils ne sont dabs aucune entreprise. C’est un licenciement camouflé qui est en train d’être planifié par les autorités. En aucun moment, les cheminots à travers les partenaires sociaux, n’ont été concertés, consultés ou même écoutés pour cette prise de décision lors de la réunion de travail du 26 au 27 décembre 2019 à Bamako. Alors que c’est de leur vie et de la vie de combien de familles qui se décideront ». « On ne peut pas comprendre que là où on parle de DBF (Dakar-Bamako-Ferroviaire que les représentants des travailleurs ne soient pas associés ? Surtout que l’Etat du Mali voulait faire un licenciement au mois de juin 2019. Ce plan machiavélique a été contré par le Groupement (GSACM) lors de la grève de la faim. Le comble est qu’on demande un règlement à l’amiable de l’indemnisation de ABBAS JABER qui a mis l’entreprise à genou, sans que les travailleurs ne soient mis dans leurs droits !!!! », déplorent les travailleurs maliens.

Le Président de la République interpelé

C’est fort de ce qui précède que les cheminots maliens interpellent les autorités compétentes, en l’occurrence les ministres des Transports du Mali et du Sénégal et surtout le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita pour une clarification de la situation, surtout que celui-ci avait demandé une trêve sociale que les cheminots ont toujours respecté.

Pépin Narcisse LOTI

Source Mali demain

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *