Warning: Creating default object from empty value in /home/malicanal/public_html/wp-content/plugins/news247-main/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Abus de pouvoir à l’égard d’un médecin au commissariat de police du 6eme arrondissement : vers un bras de fer entre l’ordre des médecins et ledit commissariat ? – MALI CANAL
Vous devez respecter le droit d'auteur
Actualité Société

Abus de pouvoir à l’égard d’un médecin au commissariat de police du 6eme arrondissement : vers un bras de fer entre l’ordre des médecins et ledit commissariat ?

Au Mali, à chaque fois que le peuple s’accroche à un espoir de changement de gouvernance, un fait divers surréaliste vient malheureusement rappeler que le bout du tunnel est encore loin. Les autorités de la transition et la police nationale auraient pu se passer de cette histoire dramatique et révoltante.

De quoi s’agit-il ?

Une capitaine de police très mal garée a fait enfermer celui qui réclame son droit de passage sur une route publique qui passe devant le commissariat du 6ème arrondissement. C’est à cela que des témoins abasourdis ont assisté hier nuit au dit commissariat.
Avec certainement le quitus du commissaire, madame, capitaine de police de son état, non contente du fait que notre médecin ait réclamé son droit de passer sur l’axe qui passe devant le 6ème, a mis tout le commissariat en branle. Pourtant, les témoins sont formels, le véhicule de Madame s’était très mal garé à côté d’un kiosque sur la route devant le commissariat en question. Son refus de quitter la voie et le rejet d’injonction d’éteindre ses phares et de changer de route ordonné au médecin aurait occasionné des échanges de mots entre lui et un envoyé de la capitaine qui était habillée en civil.
Après, on aurait pu penser que c’était une affaire banale comme on en rencontre dans la circulation à Bamako. Malheureusement, peu de temps après, les choses finiront par se compliquer. C’était mal connaître notre capitaine, également fichée au niveau du 12eme Arrondissement où elle a séjourné.
Par miracle, elle a pu convaincre le commissariat à aller cueillir le médecin dans son grin comme un djadistes de Farabougou. Lors de l’audition décrétée pour sceller le sort du pauvre médecin, imaginez la parole d’un condamné d’office contre celle d’une puissante capitaine de police dans son commissariat.
Malgré le fait d’avoir juré sur le coran qu’il n’a jamais proféré de propos déplacés, le pauvre médecin est expédié manu-militari en garde à vue pour faire plaisir à une collègue. Il a donc fallu l’intervention d’un responsable de la justice pour le libérer. Une fois sorti de l’enfer, le lésé décida de saisir l’ordre des médecins, qui a décidé de prendre les choses en main.
Une procédure judiciaire sera bientôt entamée pour que plus jamais on assiste à de tels abus au Mali. Certainement, que les braves policiers qui font nuits et jours du bon boulot, se désolidariseront d’un tel comportement.
Du côté du commissariat, on affirme que le médecin a été simplement auditionné. Faux et archi-faux rétorque les accompagnateurs du médecin. A l’absence d’un délit de fuite, la version du commissariat passe selon plusieurs juristes. Pickup rempli pour aller arrêter un citoyen nuitamment dans son grin sans convocation, ressemble plutôt à une séquestration ou à l’arrestation d’un bandit de grand chemin. Le fait d’être placé illégalement en garde à vue et même privé d’anti moustique est une circonstance aggravante qui découle d’une punition expéditive.
Le directeur national de la police et les autorités de la transition sont interpellés.
Affaire à suivre donc !

Lamine Diallo

Source : Malicanal.com

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *