Vous devez respecter le droit d'auteur
Politique

Abandon du dossier Sanogo : voici ce que le Gouvernement propose aux familles des victimes

L’audience portant sur la libération du général Amadou Haya Sanogo du mardi dernier, dont le délibéré est reporté au mardi prochain, ouvre la voie à l’indemnisation des ayants-droit des victimes.

A l’issue d’une audience le mardi dernier à la Cour d’appel concernant la libération du général Amadou Haya Sanogo et ses co-accusés, dans l’affaire dite des 21 bérets rouges disparus, la Chambre d’accusation a remis le délibéré au mardi 28 janvier 2020. Tout indique que plus rien ne s’oppose à leur mise en liberté, puisque la partie civile, le parquet et la défense ont accordé leur violon dans ce sens.

Au nom de la réconciliation nationale et eu égard au contexte de guerre que notre pays traverse, les plus hautes autorités du pays et la hiérarchie militaire ont dégagé des conditions pour que toutes les parties soient satisfaites. Un grand clin d’œil a été fait à l’endroit des parents des victimes.

Grâce à un montage financier et matériel, chaque famille endeuillée des bérets rouges sera compensée à hauteur de 30 à 40 millions de F CFA. En plus d’un logement social, une place pour un ayant-droit dans les fonctions militaires ou paramilitaires (l’armée, la gendarmerie, la protection civile, la garde ou la police), ou dans la fonction publique de l’Etat ou des Collectivités territoriales.

Pour ce qui est des inculpés qui ont passé 7 ans en prison sans être jugés, ils vont être relaxés et regagneront leurs familles non sans être indemnisés à leur tour. Mieux, ils reprendront leurs corps d’origine en ce sens qu’aucune charge pénale qui soit de nature à leur fermer les portes de l’armée, ne pèse sur eux.

Toutefois, la question qu’on est en droit de se poser est de savoir s’ils vont encore comparaître devant une prochaine session de la Cour d’assises comme l’a indiqué il y a quelques jours, le communiqué de presse du procureur général près la Cour d’appel, expliquant le report de leur jugement initialement prévu le 13 janvier 2020 ?

Tout le mystère reste là. Un secret que nous n’avons pas pour le moment percé.

Abdrahamane Dicko

Source : Mali Tribune

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *