Vous devez respecter le droit d'auteur
Société

A la suite d’une dispute autour des dégâts causés par des moutons L’agent Adama Camara condamné à la peine de mort

La Cour d’Assises de Bamako a tranché l’affaire ministère public contre Adama Camara jugé pour « Tentative d’assassinat, coups et blessures graves » sur son compagnon d’arme Ibrahima Koné. C’était le vendredi 1er novembre 2019, dans la salle N°1 de la Cour d’Appel de Bamako. L’accusé a été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés et a été condamné à la peine de mort.

Selon l’arrêt de renvoi de l’affaire devant la Cour d’assises de Bamako, Ibrahima Koné et Adama Camara sont tous deux militaires de la Garde nationale. Le premier était en service à la Compagnie de Commandement et de Service (CCS), alors que le second servait au 2è Escadron du Groupement de Maintien d’Ordre (GMO), basés tous les deux à Bamako.

C’est courant 2014, dans le cadre de la sécurisation du territoire national, que les susnommés furent désignés dans une mission commandée par le Commandant Klita Ag Mohamed pour un séjour de trois ans au poste de sécurité de N’Tillit, dans la région de Gao. Au cours de leur séjour, ils s’adonnèrent, tous deux, à l’élevage de moutons, Adama Camara au niveau du poste, à la différence des autres, qui gardèrent leurs troupeaux auprès des villageois voisins du poste. Le  samedi 27 août 2016, les moutons d’Adama mangèrent les restes du repas de la troupe qu’Ibrahima avait l’habitude de conserver et de réchauffer pour le dîner.

Constatant cette situation, Ibrahima fit des reproches à Adama et l’invita à mieux maîtriser ses animaux qui faisaient trop de dégâts. Furieux, ce dernier lui a fait comprendre que la Prime Générale d’Alimentation(PGA) n’était pour personne, avant de commencer à l’injurier grossièrement. Le garde, Salif Monzon, qui assistait à la scène, est intervenu pour les calmer. Mais, en vain, il a fallu l’intervention du Chef de Poste adjoint, Fodé Keita, pour ramener Adama dans sa chambre et lui retirer son arme, dont il voulait se servir contre son compagnon.

Malheureusement, quelques instants après, contre toute attente, Adama ressortit de sa chambre avec son Pistolet Mitrailleur (PM) et se dirigea vers Ibrahima Koné, en proférant des injures grossières, alors que ce dernier était en communication téléphonique avec sa maman. Sans autre forme de procès, Adama pointa le canon de son arme sur la cuisse d’Ibrahima et tira, blessant ce dernier. Il tirera également d’autres coups de feu en rafales au niveau de son bassin et de ses aisselles. Heureusement pour Ibrahima, le prompt secours de ses camarades de corps lui sauva la vie.

Devant la Cour, l’accusé Adama a reconnu les faits et a admis qu’il était sous l’emprise de la colère en raison des reproches faits à cause de ses moutons au poste. La victime Ibrahim, appuyé sur sa béquille, a relaté, devant la Cour, les faits comme ils ressortaient de l’arrêt de renvoi.

Aux termes des débats, la Cour, dans sa sagacité, a retenu Adama Camara dans les liens de l’accusation pour »Tentative d’assassinat et coups et blessures graves« . Et l’a condamné à la peine de mort, plus le dédommagement de la victime Ibrahima Koné à hauteur de 40 millions de FCFA.

Oumar BARRY et Ababacar DIOUF-Stagiaire

Source: l’Indépendant

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *